VIDEO. Notre-Dame-des-Landes: Mais pourquoi les zadistes ont encore manifesté ce lundi à Nantes?

ZAD Plusieurs centaines d'opposants se sont rassemblés ce lundi après-midi devant la préfecture de Nantes, deux mois après l'abandon du projet...

Julie Urbach

— 

Des zadistes ont manifesté ce lundi midi à Nantes
Des zadistes ont manifesté ce lundi midi à Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes
  • La première réunion du comité de pilotage se tenait ce lundi en préfecture de Nantes, à propos de l'avenir des terres agricoles de la ZAD.
  • Une session à laquelle n'a pas participé les membres du mouvement anti-aéroport, dont une partie a manifesté cet après-midi pour demander la gestion collective des terres.

Tracteurs, musique, banquet… et même des moutons. Il y a de l’ambiance ce lundi après-midi à Nantes. Deux mois après l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, plusieurs centaines d’opposants se sont donné rendez-vous devant la préfecture de Nantes pour une manifestation, bloquant la circulation. Une nouvelle démonstration de force en plein centre-ville (et sous la surveillance d’un important dispositif policier) car « c’est une vraie bataille qui s’ouvre », assure un habitant de la ZAD.

Si les zadistes ont fait le déplacement de Notre-Dame-des-Landes, c’est parce qu’une réunion importante démarre au même moment en préfecture. Un comité de pilotage, présidé par la préfète de Loire-Atlantique, doit se pencher à partir de ce lundi sur l’avenir des 1.650 ha de terres agricoles de la ZAD. Sauf qu’autour de la table ne figure presque aucun représentant du mouvement anti-aéroport, qui souhaite une gestion collective des terres avec un projet de type Larzac.

Des zadistes ont manifesté ce lundi midi à Nantes
Des zadistes ont manifesté ce lundi midi à Nantes - J. Urbach/ 20 Minutes

Négociations compliquées

« Cette réunion, autour de la redistribution des terres, n’est pas adaptée pour réfléchir à un avenir global de la ZAD, sur le plan environnemental, social… assure Vincent Delabouglise, représentant de l’association d’agriculteurs Copain 44. Le tempo non plus, très serré, qui ne va pas aider à préserver le "climat apaisé" que souhaite la préfète. » Cette dernière, accusée de diviser le mouvement en « proposant des solutions individuelles » a cependant reçu des représentants du mouvement, fin février.

Les négociations s’annoncent donc encore plus compliquées que prévu : si jusqu’alors, deux conceptions s'affrontaient (les partisans d’un cadre légal, contre ceux qui demandent une gestion expérimentale), c’est maintenant la façon dont les discussions vont se mener qui posent problème à certains. A noter que l’Acipa, principale association anti-aéroport, n’a pas appelé au rassemblement de ce lundi, mais ne participe pas non plus au comité de pilotage…

Réaction en cas d’expulsion

« Pour que notre projet soit accepté, il faut du dialogue, bien sûr, mais également mener le rapport de force, assure Camille, un habitant de la ZAD. Nous voulons aussi prévenir dès maintenant l’Etat que nous porterons une réaction collective en cas d'expulsion. » Une nouvelle manifestation des zadistes est d’ailleurs programmée à Nantes pour le 31 mars, date de la fin de la trêve hivernale et à partir de laquelle des opérations pourraient démarrer.

« Il y a un groupe que je considère minoritaire qui pense que c’est à lui seul de déterminer ce qui se passera sur ce territoire. Je pense moi qu’il faut être plusieurs autour d’une table pour discuter de l’avenir », a déclaré la préfète à la presse, avant d’ouvrir les débats. La réunion devait se tenir tout l’après-midi, à huis clos.