Marseille: Malgré des solutions, la mobilité patine toujours dans les quartiers Nord

MOBILITE La maison de l’emploi et Cap au Nord entreprendre organisaient une journée pour faire découvrir des solutions de mobilité aux habitants des quartiers Nord de Marseille…

Adrien Max
— 
La station du capitaine Gèze prolongera la ligne 2, qui se terminait à Bougainville.
La station du capitaine Gèze prolongera la ligne 2, qui se terminait à Bougainville. — BORIS HORVAT
  • La maison de l’emploi de Marseille et Cap au Nord entreprendre organisait une journée pour présenter des solutions de mobilités aux habitants des quartiers Nord.
  • La mobilité est la première préoccupation des habitants des quartiers Nord.
  • La première des tâches est d’informer ce que qu’il existe plutôt que de compter sur de nouvelles structures tardant à arriver.

La mobilité dans les quartiers Nord de Marseille, ou le serpent qui se mord la queue. La maison de l'emploi de Marseille (MDEM) et Cap au Nord entreprendre (CANE) organisait ce mercredi un Mobil’day avec le soutien de la Métropole Aix-Marseille Provence. Le rendez-vous était donné au centre commercial Grand Littoral, en plein cœur des quartiers Nord, dans le XVIe arrondissement. Un « après-midi qui visait à promouvoir les services de mobilité accessibles aux habitants et aux salariés du territoire Nord de Marseille. »

>> A lire aussi : Marseille: Un seul abonnement pour tous les déplacements dans la métropole ... Le pass intégral, comment ça marche?

Pour mieux se rendre compte de la problématique, le trajet entre le Vieux-Port et le centre commercial indique… près d’une heure en transports en communs : marcher, puis Bus 55, puis marcher, puis Bus 35 puis marcher, puis Bus 96 (le seul qui dessert le centre commercial), puis marcher et vous êtes arrivés. En voiture dix minutes suffisent via l’A55.

Diagnostiquer et informer

Nolwenn Medina est conseillère en mobilité à la MDME. Elle tient une fois par semaine une permanence au centre social de La Castellane et de la Bricarde, deux secteurs particulièrement enclavés, et témoigne de l’importance de cette problématique..

« Lorsqu’on demande aux habitants de ces quartiers quelles est leur première préoccupation, la mobilité arrive avant l’emploi »

Pour remédier à ce problème elle réalise des diagnostics de mobilité. « Quels sont les moyens financiers, les problèmes de matériels, l’accès à la pédagogie ? », détaille-t-elle.

Les principaux acteurs pour la mobilité réunis à Grand Littoral.
Les principaux acteurs pour la mobilité réunis à Grand Littoral. - Adrien Max / 20 Minutes

Sa première tâche consiste à informer ces personnes, qui bien souvent ne sont pas informées des possibilités en transport en commun, ou de leurs droits. Soraya habite La Castellane, elle a pu bénéficier de l’accompagnement de Nolwenn après avoir obtenu une formation en tant qu’auxiliaire de vie. « J’ai perdu mon mari il y a deux ans, j’ai dû me débrouiller toute seule et cherche du travail. Il me demande le permis donc je me suis inscrite au code mais je ne comprenais pas tous les mots. Nolwenn me les explique en m’entraînant et j’y arrive mieux. Je viens même de faire ma première heure de conduite », témoigne-t-elle fièrement.

>> A lire aussi : VIDEO. Bus à Pau, navette à Nantes... Est-ce enfin l’heure de la mobilité hydrogène?

Anne-Laure Nardone, chargée de mission mobilité à la MDME abonde en ce sens :

« Le but est d’utiliser 80 % de ce qui existe alors qu’aujourd’hui on est plus autour des 40 %. On essaye de se cadrer avec l’agenda de la métropole mais on donne des réponses immédiates sans attendre des réponses sur les structures. »

Du chemin reste à faire

En parlant de structure, Jean-Pierre Serrus, délégué à la mobilité et aux transports de la métropole, a garanti que l’ouverture de la station du capitaine Gèze se ferait « avant la fin 2018 »… par téléphone, faute d’être à l’heure pour la conférence de presse. Pour Dominique Tian, la principale problématique réside « dans le dernier kilomètre de trajet ». Il promet de développer l’intermodalité à partir de la nouvelle station, mais il faut donc encore patienter.

>> A lire aussi : Hauts-de-France: La région va avancer l'argent pour le permis de conduire de 10.000 jeunes par an

En attendant, parmi les solutions proposées ce jour, des vélos électriques, des trottinettes électriques, de l’autopartage et du « co-piétonage », « pour répondre aux problèmes de sécurité ». Sauf qu’à ce jour, aucune aire d’autopartage n’existe dans les quartiers Nord, ni de station de vélo. Selon Anne-Laure Nardone, une de ces aires devrait justement voir le jour à Grand Littoral, sans connaître la date précise. Le chemin reste encore long.