Pays de la Loire: Des prix cassés pour prendre le TER (mais pas pour tous les abonnés)

TRANSPORTS La région Pays de la Loire a mis au point une nouvelle gamme tarifaire pour tenter de séduire les voyageurs occasionnels…

Julie Urbach

— 

Les nouveaux trains régionaux TER Regiolis, en gare de Nantes.
Les nouveaux trains régionaux TER Regiolis, en gare de Nantes. — Julie Urbach / 20 Minutes
  • De nouveaux tarifs pour les usagers du TER ont été votés en mars par les élus du conseil régional des Pays-de-la-Loire.
  • La nouvelle gamme vise à attirer les voyageurs occasionnels, qui se tournent de plus en plus vers le covoiturage ou les cars longue distance.
  • Le plan comporte aussi une hausse de 7 euros par mois, et pendant trois ans, pour les abonnés des trains TER. Ces nouveaux forfaits sont en vente depuis dimanche.

Ils représentent toujours la moitié des 45.000 voyageurs quotidiens, mais depuis deux ans, ils sont de moins en moins nombreux sur le réseau TER. Alors que les voyageurs occasionnels (étudiants qui rentrent chez leurs parents, week-end en famille…) font le bonheur des sites de covoiturage et des autocaristes longue-distance, la région Pays-de-la-Loire préfèrerait qu’ils achètent un billet pour monter dans un train régional de son réseau.

Afin de reconquérir cette cible, la collectivité a voté en mars une nouvelle gamme tarifaire pour ses TER, qui a été mise en place à partir du mois d’avril. « Notre objectif est d’augmenter la fréquentation de 10 % d’ici à 2021, illustre Christelle Morançais, la présidente (LR) de la région. 71 % des déplacements des Ligériens se font encore en voiture. »

>> A lire aussi : La région réclame à la SNCF d'indemniser immédiatement les abonnés du TER Nantes-Saint-Nazaire

Des « tarifs agressifs »

Pour tenter d’y parvenir, l’offre se veut plus lisible et les prix ont été cassés. D’abord, plus besoin de justifier d’un statut (salarié, étudiant…), tous les habitants de la région pourront prétendre à une carte de réduction « Mezzo », qui permet de circuler à moitié prix pendant un an. « Nous avons mis au point des tarifs agressifs, indique Roch Brancour, vice-président aux déplacements. Pour les plus de 26 ans, la carte passe de 65 à 30 euros. On estime qu’elle sera rentabilisée en deux ou trois trajets. »

Plusieurs formules vont voir le jour pour ceux qui auraient encore moins l’habitude de monter dans le TER : le forfait « multi » (45 euros pour une à cinq personnes en illimité pendant deux jours) sera par exemple valable toute l’année, et des billets « petits prix » seront disponibles sur Internet jusqu’à la veille du départ. « On pourra trouver des Nantes-La Roche à 10 euros, contre 14,5 euros en plein tarif », assure Roch Brancour.

Quid des voyageurs les plus fréquents

Pour les voyageurs les plus fréquents, une nouvelle gamme «Tutti illimité» est lancée depuis ce week-end avec de nouveaux avantages sont promis (réduction pour les accompagnateurs, programme de fidélité…) Cependant, les abonnés mensuels qui ne voudront pas basculer sur ce forfait devront payer une augmentation de 7 euros pendant trois ans du prix mensuel (3,50 euros pour les abonnés dont l’employeur prend en charge la moitié du prix). Par ailleurs, le dispositif « trajet 1 euro », que la région finançait pour que la part de l’usager n’excède pas 45 euros se voit supprimé.

De quoi faire bondir l’opposition régionale qui a par exemple calculé que pour un usager de la ligne Angers-Le Mans, qui paye actuellement 187,60 euros par mois (reste à charge : 45 euros) verra sa facture grimper à 208,60 euros, avec cette fois un reste à payer de 104,30 euros. « Le choix de la majorité régionale est une attaque inacceptable contre le pouvoir d’achat des Ligériens et notamment des classes moyennes habitant hors des grandes villes et contraintes de prendre le train pour aller travailler », s’indigne le groupe socialiste.

>> A lire aussi : La région Pays-de-la-Loire veut moins de retards pour ses TER

« Il faudrait que la qualité de service s’améliore, qu’il y ait moins de suppressions de trains et de retards, avant de demander aux abonnés de payer davantage, réagit quant à lui Fabrice Eymon, président de la Fnaut des Pays-de-la-Loire, association d’usagers. Pour que les occasionnels reviennent, il faut aussi une offre supplémentaire. Le week-end notamment, ce n’est pas possible, il n’y a pas assez de trains. »