CHU bouclé à Caen: Fin des opérations de police

NORMANDIE La préfecture du Calvados a annoncé la levée du dispositif policier mis en place au CHU de Caen à cause de la présence possible « d’un individu suspect »…

Noémie Sato

— 

Une voiture de police. (Illustration)
Une voiture de police. (Illustration) — Frederic Scheiber/20 Minutes

L’important dispositif policier mis en place au CHU de Caen dans la soirée de vendredi a été levé à 4h30 samedi matin. « Dans la soirée du vendredi 9 mars, un individu tenant des propos menaçants s’est introduit dans le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Caen », a confirmé la Préfecture du Calvados dans un communiqué publié sur son site internet et sur son compte Twitter.

« D’importants moyens de police et de secours ont été rapidement déployés sous l’autorité du Préfet du Calvados afin de sécuriser les personnels et les patients, de contrôler les accès et de procéder au contrôle de l’établissement », indique le communiqué.
Un périmètre de sécurité avait été immédiatement mis en place autour du CHU aux alentours de 20h30 et une cellule de crise a été activée sur place par le Préfet du Calvados en lien avec le Procureur de la République.

Aucune information concernant « l’individu suspect »

Pendant plusieurs heures, les forces de police ont effectué une fouille méthodique de l’établissement de 26 étages qui emploie 5.850 personnes. « Il y a eu beaucoup de mouvements puis les médecins ont regroupé les personnes dans des pièces. Nous étions 24 et avons été confinés dans la salle d’attente pendant 2h avec interdiction de sortir. Maintenant nous attendons », a témoigné une patiente contactée par France 3 Normandie.

« Les vérifications ayant été achevées, le dispositif a été levé à 4h30 », explique la Préfecture du Calvados dans son communiqué.

>> A lire aussi : Le CHU de Caen bouclé, présence possible «d'un individu suspect»

En revanche, aucune indication concernant « l’individu suspect ». Contactée par 20 minutes, et questionnée sur l’arrestation éventuelle de cet individu et sur la présence ou non d’une arme à feu, la Préfecture du Calvados n’a pas souhaité donner d’avantage d’informations. « On s’en tient au communiqué », a-t-elle simplement déclaré.