VIDEO. La championne olympique Sandra Forgues raconte sa transition

TEMOIGNAGE À 48 ans, Sandra Forgues a décidé d'être une femme aux yeux de tous...

Thomas Lemoine

— 

Franck Adisson (à gauche) et Sandra Forgues (à droite) lors des Jeux olympiques de Sydney en septembre 2000
Franck Adisson (à gauche) et Sandra Forgues (à droite) lors des Jeux olympiques de Sydney en septembre 2000 — EMMANUEL DUNAND / AFP

Le parrallèle avec Caitlyn Jenner, femme née homme et devenue championne olympique de décathlon en 1976, vient immédiatement à l'esprit. Dans un entretien accordé au journal L'Équipe, la championne olympique de canoë Sandra Forgues, née Wilfrid, raconte comment elle a décidé de mettre en œuvre sa transition.

Elle explique qu'« une personne transgenre, c’est un corps qui ne correspond pas au câblage mental […] un corps qui ne correspond pas à vos sentiments, à vos pensées, à ce que vous ressentez au fond ». C’est pourquoi malgré « une vie sociale, familiale et professionnelle vraiment réussie », elle ne pouvait pas ne pas « vivre [sa] vie »

>> A lire aussi : «Plus belle la vie» accueille un personnage transgenre

Première en France dans le milieu du sport de haut niveau, elle « pense qu’il y a encore une omerta très forte dans le monde du sport sur les problématiques d’homosexualité et sur les problématiques de transidentité ». Cependant, elle salue dans l'entretien au quotidien sportif la réaction de son partenaire olympique Frank Addisson, qui, «d'entrée de jeu, a été super bienveillant» et de «tous [s]es potes» qui «ont pris une claque mais il y a cette intelligence du sport qui est de dire, il faut que je comprenne».

Même chose de côté du Creps de Toulouse, où elle préside le conseil d'administration, mais elle mesure toutefois déjà dans son quotidien professionnel que «quand on est une femme, il faut se justifier plus qu'un homme».

Transgenres, transsexuels, transition, 20 Minutes vous donne quelques repères vous y retrouver dans la transidentité.