Affaire Mouzin: «Estelle pourrait être la dernière victime de Fourniret», estime l'avocate de la famille

INTERVIEW Corinne Herrmann, avocate d’Eric Mouzin, le père de la fillette, détaille ses espoirs dans son combat pour obtenir la vérité sur la disparition de sa fille en 2003…

Propos recueillis par Delphine Bancaud

— 

Une marche en la mémoire d'Estelle Mouzin, le 13 janvier 2018 à Guermantes.
Une marche en la mémoire d'Estelle Mouzin, le 13 janvier 2018 à Guermantes. — Thomas Samson / AFP

Une nouvelle tentative pour faire avancer le dossier. Le père d’Estelle Mouzin, la fillette disparue en 2003 alors qu’elle rentrait de l’école, vient d’effectuer une demande de dessaisissement de la police judiciaire, selon Le Parisien. Une démarche motivée par sa colère, qu'il avait vivement exprimée début janvier sur France 2, estimant « avoir été pris pour un con pendant toutes ces années ».

>> A lire aussi : Le père d'Estelle Mouzin veut «attaquer l'Etat pour faute lourde»

L’avocate d’Eric Mouzin, Corinne Herrmann, fait le point sur les derniers rebondissements de l’affaire pour 20 Minutes.

Que reproche Eric Mouzin à la Police Judiciaire (PJ) de Versailles ?

Il estime que toutes les démarches n’ont pas été effectuées dans l’enquête sur la disparition de sa fille. Les policiers n’ont pas voulu relire la procédure avec un œil neuf pour ressortir certaines pistes. Par ailleurs, nous avons demandé que tout le dossier soit entré dans Anacrim [un logiciel d’analyse de données]. Mais aujourd’hui, à peine 40 % du dossier y figure et la PJ nous explique qu’il faudra dix ans pour que tout y soit consigné. Nous avons demandé aussi que des rapports d’étapes de l’enquête soient effectués chaque année, mais nous ne les avons jamais obtenus.

Pensez-vous que la demande de dessaissiment de la PJ sera acceptée, alors que votre première demande, en 2017, a été rejetée ?

Je n’en sais rien, mais la question du changement de service d’enquête est saine à poser. L’audience a lieu le 22 mars, on verra à ce moment-là.

Récemment interrogé sur l’affaire Estelle, Michel Fourniret « n’aurait pas nié être impliqué » dans sa disparition, selon « Le Parisien ». Ces déclarations peuvent-elles vous aider dans votre démarche ?

Ça nous donne en effet des billes supplémentaires. Car la section de recherches de Dijon, qui connaît très bien le dossier Fourniret, serait la mieux à même de mener l’enquête. D’autant que la PJ de Versailles nous a dit qu’elle écartait la piste Fourniret à 99,9 %, alors que l’on estime qu’ils n’ont pas effectué toutes les vérifications qu’ils auraient dû faire. Notamment sur le parcours de Michel Fourniret au moment de la disparition d’Estelle, sa téléphonie, ses propos lors de certaines auditions… Il ne faut pas oublier que dans une lettre de 2007, écrite au parquet général de Reims (Marne), il demandait à être jugé pour l’affaire Mouzin. Pour nous, il s’agit d’aveux en creux. Or, il n’a jamais reconnu des crimes qu’il n’avait pas commis. Estelle pourrait être la dernière victime de Fourniret. Il faut tout faire pour le savoir.