Nord: Un élu se bat pour que l'église de sa commune retrouve sa croix

POLEMIQUE Une croix qui surmontait l’église d’une commune du Valenciennois n'existe plus, au grand dam d’un conseiller municipal d’opposition…

Gilles Durand

— 

L'église de La Sentinelle en 2014 (à gauche), puis en en 2017, après les travaux. Cherchez l'erreur!
L'église de La Sentinelle en 2014 (à gauche), puis en en 2017, après les travaux. Cherchez l'erreur! — Canva.com
  • L’église de La Sentinelle, près de Valenciennes, a été rénovée entre 2014 et 2017 et a perdu sa croix après les travaux.
  • Un conseiller municipal d’opposition a lancé une pétition pour replacer la croix au sommet de l’édifice religieux.
  • Un paratonnerre a également disparu durant le chantier.

Pas question que ce symbole soit supprimé. Un élu de La Sentinelle, une petite commune près de Valenciennes, dans le Nord, se bat, depuis le début d’année, pour que la croix qui surmontait naguère une église retrouve sa place le plus vite possible.

Daniel Brulant s’est aperçu qu’à la fin des travaux de rénovation de l’édifice, en décembre, cette croix n'avait pas été réinstallée, comme promis. « Elle fait partie du patrimoine de la commune et il était prévue que le clocher retrouver son aspect de 1912. Or, en 1912, il y avait une croix », explique ce conseiller municipal à 20 Minutes, confirmant une information de La Croix du Nord.

« Il m’a pris de haut »

L’homme a rejoint le camp de l’opposition à la suite de précédents différends avec la maire (PS) de la commune. Ce nouvel épisode ne fait qu’accentuer la rupture car la mairie reste sourde à ses demandes. Alors l’élu a décidé de mener son enquête. « J’ai appelé l’architecte pour savoir pourquoi la croix avait disparu. Il m’a pris de haut et m’a dit qu’elle ne rajoutait rien à l’ensemble », assure-t-il.

Une carte postale de 1912, montrant l'église.
Une carte postale de 1912, montrant l'église. - Carte postale

Or Daniel Brulant n’en démord pas. Dans un document daté de 2012 et du vote par la commune de ce projet de rénovation, il a découvert qu’il était question de restituer une croix de 680 euros. « J’attends d’avoir des précisions de la part d’un spécialiste », avoue-t-il. En attendant, il vient de lancer une pétition en ligne pour soutenir sa croisade.

Disparition de l’ancien paratonnerre

« Je suis agnostique et patriote, mais je respecte la religion. Enlever cette croix est un acte christianophobe », précise-t-il. Contactée, la maire de La Sentinelle, Bernadette Sopo confirme que l’architecte des bâtiments de France ne souhaitait pas remettre cette croix. « La mairie a donné son accord, car, de toute façon, des croix en brique sont apparentes sur la façade et montrent bien qu’il s’agit d’un édifice religieux. Et puis la croix en question avait déjà disparu depuis des dizaines d'années », indique-t-elle.

La mairie est devenue propriétaire de cette église en 1999, acheté pour le franc symbolique au diocèse. Le bâtiment classé monument historique car il s’agit d’un patrimoine minier, a été rénovée entre 2014 et 2017 pour environ un million d’euros.

Disparition du coq ?

Par ailleurs, Daniel Brulant aimerait également savoir ce qu’est devenu l’ancien paratonnerre : une flèche surmontée d’un coq en cuivre, disparue pendant les travaux. « Le chargé d’affaires de la société qui intervenait pour le remplacer m’a dit, le mois dernier, qu’il allait le restituer à la mairie, raconte l’élu. Un employé de la mairie m'a confirmé qu'il n'avait aucune nouvelle du coq. »

La maire de La Sentinelle a assuré à 20 Minutes que la flèche avait servi à confectionner le nouveau paratonnerre. Quant au coq, elle affirme qu’il a été restitué à la commune.