Limitation de la vitesse à 80 km/h: La mesure s’appliquera sur l’ensemble des routes secondaires le 1er juillet

SECURITE ROUTIERE « Le dispositif prévu » sera mis en œuvre comme prévu et son efficacité sera évaluée en 2020, a précisé le porte-parole du gouvernement…

20 Minutes avec AFP

— 

Un panneau de limitation de vitesse à 80 km/h.
Un panneau de limitation de vitesse à 80 km/h. — SEBASTIEN BOZON / AFP

La mesure entrera en vigueur dès l’été prochain. Le porte-parole du gouvernement a confirmé ce mercredi que la limitation de la vitesse à 80 km/h serait appliquée le 1er juillet sur l'ensemble des routes secondaires sans séparation de voies, malgré la grogne d’élus locaux.

« Le dispositif prévu » sera mis en œuvre et son efficacité sera évaluée en 2020, a précisé Benjamin Griveaux à l’issue du conseil des ministres, en affirmant que le président de la République et le Premier ministre étaient d’accord sur ce dossier.

« Une clause de revoyure au 1er juillet 2020 pour mesurer l’efficacité de cette mesure »

Le porte-parole du gouvernement a affirmé que le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe, qui a annoncé la mesure en janvier, étaient d’accord sur ce dossier. « Il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette » entre eux, a-t-il ajouté, en demandant aux journalistes, sur le ton de la « boutade » : « Si vous arrivez à me citer un couple exécutif plus uni de la Ve république, j’attends les noms avec impatience ».

>> A lire aussi : Les solutions du gouvernement pour améliorer la sécurité routière

Les présidents de 28 départements, en majorité ruraux, ont récemment demandé au gouvernement de renoncer à abaisser la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, proposant plutôt du «cas par cas», notamment sur les axes accidentogènes. « A ce stade, ce n’est pas ce qui est prévu », a réagi Benjamin Griveaux.

Il est en revanche prévu « une clause de revoyure au 1er juillet 2020 pour mesurer l’efficacité de cette mesure », a-t-il précisé, en ajoutant que l'objectif était «de sauver des vies, 300 à 400 selon les études».