Egalité salariale: Les différences entre femmes et hommes sont encore très fortes dans le Grand Est

TRAVAIL Les inégalités entre les femmes et les hommes sont toujours un peu plus marquées dans la région Grand Est selon l’Insee…

Alexia Ighirri

— 

Egalité salariale: Les différences entre femmes et hommes sont encore très fortes dans le Grand Est (Illustration)
Egalité salariale: Les différences entre femmes et hommes sont encore très fortes dans le Grand Est (Illustration) — rawpixel / pixabay

La ministre du Travail Muriel Pénicaud va présenter, cette semaine, des mesures pour faire respecter l'égalité salariale « d’ici trois ans ».

Si ces dernières seront applicables partout en France, elles pourraient avoir un impact encore plus important dans le Grand Est, région dans laquelle les inégalités femmes-hommes sont un peu plus marquées selon l'Insee.

Accès à l’emploi. Il y a bien eu des améliorations ces 25 dernières années : l’écart entre hommes et femmes a été divisé par trois, du fait de la désindustrialisation qui a plus touché les hommes tandis que les emplois féminins ont progressé avec la tertiarisation. Mais les inégalités d’accès à l’emploi dans le Grand Est restent parmi les plus fortes de France métropolitaine, selon une récente étude de l’Insee.

Ainsi, en 2014, la part des femmes de 15 à 64 ans en emploi atteint 59,6 % dans le Grand Est. Ce taux d’emploi est de 7,3 points inférieur à celui des hommes. C’est le quatrième écart le plus important en métropole. Avec des inégalités au sein même de la région, où le département des Ardennes est particulièrement concerné.

>> A lire aussi: L'égalité salariale femmes-hommes évolue «beaucoup trop lentement» selon l'OCDE

Salaires. Là encore, le Grand Est est sur le podium. Dans la région en 2015, le salaire net annuel moyen des femmes en équivalent temps plein s’élève à 21.365 euros… contre 26.760 euros pour les hommes. Soit 20,2 % de moins sur la fiche de paye. C’est notamment le cas en Moselle et dans le Haut-Rhin. Sur les écarts de salaire, le Grand Est arrive après Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur (20,6 % et 20,4 %). Quand la moyenne nationale se situe à 18,7 %.

Plus qu’ailleurs, toujours selon l’Insee, ces inégalités de rémunération sont dues aux caractéristiques des emplois occupés : les femmes sont surreprésentées dans certains secteurs d’activité, généralement peu rémunérateurs – métiers de la santé, services à la personne et de la petite enfance, secrétaire, vendeur et d’agent d’entretien – et occupent plus souvent que les hommes un poste de niveau inférieur à leur formation.