Nantes: Bientôt des étudiants aux manettes des tramways (sérieusement?)

TRANSPORTS La société de transports en commun nantaise va recruter des étudiants pour conduire ponctuellement ses trams…

Julie Urbach

— 

Un tramway de la ligne 2 à Nantes.
Un tramway de la ligne 2 à Nantes. — S.Salom-Gomis/SIPA
  • La Semitan a récemment diffusé une annonce d’emploi de conducteur de tram, destinée aux étudiants.
  • Cette expérimentation, déjà en vigueur dans d’autres villes, vise à faire face à « des besoins ponctuels d’effectifs ».

L’annonce tourne depuis quelques jours sur les réseaux sociaux et suscite des réactions variées. « Tente ta chance ! », peut-on lire dans un commentaire, suivi d’un prénom et d’un smiley amusé. « C’est une blague ? », écrit un autre internaute. A Nantes, à partir de cet été, les conducteurs de la TAN pourraient prendre un sacré coup de jeune : afin de faire face à « des besoins ponctuels d’effectifs », la société de transports en commun va proposer à des étudiants de conduire le tramway, pendant les vacances scolaires et certains week-ends.

>> A lire aussi : Plein de nouveautés (du bon et du moins bon) pour les transports en commun en 2018 à Nantes

Pour postuler à ce job insolite, il suffit d’avoir au moins 18 ans, « le sens des responsabilités », d’être « résistant au stress », et titulaire d’un permis A ou B. « En réalité, il n’y en a même pas besoin pour le tram [contrairement au bus où il faut un permis D], explique Alain Boeswillwald, le directeur de la Semitan. Ces étudiants recevront la même formation, très technique et exigeante en matière de sécurité, que nos conducteurs et devront passer une habilitation à la conduite. Un examen plutôt axé sur les règles de transport ferroviaire que sur le Code de la route. » La Semitan demandera à ses futures recrues de s’engager sur plusieurs années. Les premières sessions de formation pourraient démarrer en avril, même si pour le moment aucune candidature n’a été reçue.

Déjà dans d’autres villes

Si le recours à des étudiants peut sembler surprenant, l’initiative existe dans d’autres villes de France et à l’étranger. A Lyon, par exemple, Alban conduit le métro sur les lignes A et B depuis cet été, une journée par semaine en moyenne, selon ses disponibilités. Et cet élève ingénieur de 19 ans s’y retrouve totalement. « La formation est très stricte, c’est sûr, mais c’est plus intéressant que bosser à McDo et beaucoup mieux payé. Conduire un métro, c’est vrai que c’est impressionnant. Mais ça se passe bien, malgré la pression de se dire qu’il y a 500 passagers derrière. Du haut de mes 19 ans, je dois potentiellement réussir à les évacuer en cas de danger ! »

>> A lire aussi : A Lille, Transpole propose «conducteur de tramway» comme job étudiant

Si le jeune homme a parfois croisé, sur le quai, le regard amusé de certains de ses amis, ceux de ses collègues plus âgés étaient, au début, un peu moins tendres parfois. A Nantes aussi, les syndicats se disent sceptiques. « Appeler ça job étudiant, c’est dévaloriser notre travail qui demande technicité et responsabilité, s’indigne Gabriel Magner, représentant syndical CFDT. Sans compter que le parcours normal à la TAN, c’est d’abord de conduire un bus puis de passer éventuellement au tram. Des collègues attendent parfois plusieurs mois, voire années, pour y accéder ! »

100 conducteurs de bus recherchés

Selon la direction, ces embauches permettront de « gagner en souplesse dans l’organisation interne ». Et notamment de répondre au mieux aux demandes de congés des conducteurs, soumis pendant l’année à des conditions de travail parfois difficiles.

Par ailleurs, la Semitan est en cours de recrutement de 100 conducteurs de bus (non-étudiants, cette fois !) pour 2018. « On a un peu de mal à les trouver, mais on a réalisé une dizaine d’embauches par mois depuis janvier, confirme Alain Boeswillwald. On va les chercher de plus en plus loin, pour plus de la moitié ce ne sont pas des Nantais. »