Limitation de vitesse à 80 km/h: 28 départements demandent au gouvernement retirer son projet

SÉCURITÉ ROUTIERE Une trentaine de présidents de départements, majoritairement ruraux, ont demandé vendredi au gouvernement de renoncer à abaisser la limitation de vitesse à 80 km/h sur les axes secondaires…

Claire Planchard

— 

Illustration de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires.
Illustration de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires. — N. Tucat / AFP

A quatre mois de l’entrée en vigueur de la nouvelle limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, les élus départementaux passent à l’offensive.

Du « cas par cas »

Dans une lettre ouverte au Premier Ministre Édouard Philippe et transmise à l’AFP vendredi, les présidents de 28 départements, en majorité ruraux, demandent au gouvernement de renoncer à la mesure, proposant plutôt du « cas par cas » notamment sur les axes accidentogènes.

« Les habitants des territoires ruraux sont directement impactés par cette mesure, la voiture constituant souvent le seul moyen de transport de proximité », soulignent ces élus dans leur lettre.

>> A lire aussi : Routes secondaires à 80 km/h: Pour «sauver des vies», Philippe prêt à être «impopulaire»

« Incompréhension de la part des automobilistes »

La décision, annoncée en janvier, de limiter à partir du 1er juillet, au nom de la sécurité, la vitesse à 80 km/h, au lieu de 90 km/h, sur 400.000 kilomètres de routes secondaires à double sens et sans séparateur central a déjà suscité de nombreuses indignations d'élus locaux.

« L’application généralisée et indifférenciée de cette nouvelle règle engendre inévitablement une incompréhension de la part des automobilistes », explique dans cette lettre François Sauvadet, président de la Côte d’Or et du groupe Droite, Centre et Indépendants (DCI) à l’Assemblée des départements de France à l’initiative de ce courrier.

>> A lire aussi : VIDEO. Limitation de la vitesse à 80 km/h: Une mesure inefficace pour deux Français sur trois

Les autres signataires sont les présidents des Conseils départementaux de l’Aisne, des Ardennes, de l’Aube, de l’Allier, des Hautes-Alpes, du Calvados, du Cantal, de Charente, Corrèze, de la Creuse, de l’Essonne, de l’Indre, de l’Isère, du Jura, de Haute-Loire, du Loiret, de la Manche, de la Marne, de la Haute-Marne, de la Meuse, de la Moselle, du Nord, de l’Orne, du Rhône, de Saône-et-Loire, du Val d'Oise et de l’Yonne.