Vague de froid: Il y a «suffisamment de places» d'hébergement d'urgence en France, assure le gouvernement

METEO Le ministère de la Cohésion des Territoires assure qu’il ne manque pas de places pour accueillir les sans-abri en France, mais qu’il faut faire « un effort de communication » sur l’existence de cette solution…

20 Minutes avec AFP

— 

des personnes démunies dorment dans un centre d'hébergement d'urgence à Montpellier, le 18 janvier 2018.
des personnes démunies dorment dans un centre d'hébergement d'urgence à Montpellier, le 18 janvier 2018. — LODI Franck/SIPA

Alors qu’un froid glacial s’est abattu ce mardi sur l’Hexagone, le ministre de la cohésion des territoires Jacques Mézard a affirmé qu’il y avait « suffisamment de places à disposition » en France pour les sans-abri en cette période de grand froid.

15.000 places supplémentaires par rapport à l’an dernier

« Nous avons réussi à mettre suffisamment de places à disposition », a-t-il déclaré en visitant un centre d’hébergement d’urgence ouvert à Paris, porte de la Villette, en compagnie du secrétaire d’Etat chargé du Logement Julien Denormandie et de la maire de Paris Anne Hidalgo.

« Depuis le 1er novembre 2017, 15.000 places supplémentaires ont été ouvertes par rapport à l’année dernière », a-t-il précisé. Selon le gouvernement, quelque 145.000 places d’urgence sont à disposition en France.

Un « effort de communication à faire »

Le ministre a ainsi noté qu’à Paris, dans la nuit de lundi à mardi, « 169 personnes ont été hébergées dans ce centre qui a une capacité de 250 lits ». « Il y a encore un effort de communication à faire », a-t-il insisté, c’est « l’objet du renforcement du 115, du renforcement des écoutants, du renforcement des maraudes pour permettre à tous ceux qui sont dans cette situation de pouvoir être dirigés sur ces centres d’hébergement ».

Le préfet de Paris Michel Cadot a rappelé que « depuis vendredi dernier, c’est 700 places » qui ont « été ouvertes sur Paris uniquement », soulignant « une situation que l’on a rarement connue à Paris et en région parisienne », en l’occurrence « zéro demande non pourvue d’après le 115, c’est-à-dire qui ne donnent pas lieu à une solution dans la nuit ».