«Fatiguée» après «une vague de haine», Caroline De Haas quitte les réseaux sociaux

SOCIETE Elle explique que ces attaques ont été déclenchées par une interview d'elle publiée dans L'Obs sous le titre « un homme sur deux ou trois est un agresseur »...

20 Minutes avec AFP

— 

Caroline de Haas
Caroline de Haas — ALAIN JOCARD / AFP

Elle « arrête ». La militante féministe Caroline De Haas a annoncé ce lundi quitter les réseaux sociaux « pour un temps indéterminé » après avoir été la cible pendant plusieurs jours d’une « vague de haine et de harcèlement ».

Elle explique sur son blog dans Mediapart que ces attaques ont été déclenchées par une interview d'elle publiée dans L'Obs du 15-21 février, sous le titre « un homme sur deux ou trois est un agresseur ».

Comme elle l’avait fait dès le 15 février sur Twitter, Caroline De Haas assure dans son blog avoir tenu lors de cet entretien des propos différents : « si une femme sur deux est victime, combien d’agresseurs nous entourent ? Est-ce un homme sur deux ? Un homme sur trois ? Je n’en sais rien. Je sais juste que c’est beaucoup ».

« Fatiguée de ces violences »

Elle cite ensuite des attaques liées à son passé de secrétaire générale de l’Unef, après un article de Libération le 20 février citant de nouveaux témoignages de femmes disant avoir été victimes de harcèlement, agressions sexuelles ou viols au sein du syndicat étudiant. Pour les twittos, « la responsable, c’était moi. Parce qu’à l’époque, je n’avais pas vu ces violences, c’est que j’étais complice ».

>> A lire aussi : «Un homme sur deux ou trois est un agresseur»? La militante féministe Caroline de Haas balance des chiffres

Un tweet à ce sujet du chroniqueur Eric Naulleau « a re-déclenché une vague de haine inouïe », poursuit Caroline De Haas. « Il y a dix ans, je n’étais pas une militante contre les violences sexistes et sexuelles. J’étais une femme, une victime de violences, qui n’était pas formée pour détecter les violences dans mon entourage », explique-t-elle.

Elle se dit « fatiguée de ces violences » sur les réseaux sociaux, « fatiguée de ces espaces sur lesquels des agresseurs, par milliers, (la) harcèlent et (l)'insultent en toute impunité ».