Disparition du vol MH370: «Il y a quelque chose qu’on ne veut pas dire»… Un proche de victimes lance un appel à Macron

ENQUETE Ghyslain Wattrelos, le mari et père de trois des victimes qui étaient à bord du Boeing de la Malaysia Airlines, a décidé d’écrire au président pour lui demander de relancer l’enquête…

H. B.
— 
Ghyslain Wattrelos a perdu sa femme et deux de ses enfants dans le vol MH370 de la Malaysia Airlines, le 8 mars 2014.
Ghyslain Wattrelos a perdu sa femme et deux de ses enfants dans le vol MH370 de la Malaysia Airlines, le 8 mars 2014. — F.FLOUX/20MINUTES

Près de quatre ans après la disparition du vol MH370, le mystère reste entier. Les recherches entreprises n’ont toujours pas permis de localiser l’éventuelle épave de l’appareil. Le mari et père de trois des victimes, qui étaient à bord du Boeing de la Malaysia Airlines en 2014, a décidé d’écrire au président Emmanuel Macron pour lui demander de relancer l’enquête, rapporte Le Journal du dimanche.

« J’aimerais qu’il me donne accès à tous les documents dont il dispose, par exemple aux clichés des satellites français montrant des objets flottants peu après la disparition de l’avion. Je lui demanderai aussi de faire pression sur les pays détenant des informations », explique Ghyslain Wattrelos qui a perdu sa femme, Laurence, et deux de leurs trois enfants, Hadrien et Ambre, 17 et 13 ans.

« L’appareil a été soit détourné, soit abattu »

« Il est évident que, depuis l’été dernier, la France a des informations qu’elle n’a pas données aux juges qui s’en occupent, aux familles et aux enquêteurs », a affirmé Ghyslain Wattrelos ce dimanche sur FranceInfo. « Il y a quelque chose qu’on ne veut pas dire dans cette histoire. Je ne crois pas qu’on ne sache pas ce qui s’est passé. Je suis persuadé que des tas de gens savent ce qui s’est passé. Je ne pense pas que tous ces pays soient impliqués. Je pense qu’il y a quelque chose qu’on ne veut pas dire et j’aimerais savoir quoi », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Le crash du MH370 est une énigme «presque inconcevable», reconnaissent les experts

« Soit le Boeing a été abattu ou a heurté un avion militaire, au moment où les moyens de communication ont été coupés, et il est tombé en mer de Chine. Soit l’appareil a été détourné et abattu, plus loin à l’ouest, par un État qui ne peut pas le reconnaître », explique Ghyslain Wattrelos.

>> A lire aussi : Un navire de recherches sur zone, envoyé par une société américaine

Le Boeing 777 s’était volatilisé le 8 mars 2014, peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin. Aucune trace de l’appareil n’a été trouvée dans la zone de recherches de 120 000 km2 explorée dans le sud de l’océan Indien au large de l’Australie, sur la base d’analyses satellite de la trajectoire possible de l’appareil après qu’il a dévié de sa route théorique.