Calvados: La fermeture d'un lieu de distribution de repas aux migrants inquiète les associations

SOLIDARITÉ Le Collectif d’aide aux migrants de Ouistreham déplore la fermeture d’un parking privé où les bénévoles distribuaient des repas aux migrants…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un groupe de migrants à Calais.
Illustration d'un groupe de migrants à Calais. — M.Libert / 20 Minutes

Les bénévoles du Collectif d’aide aux migrants de Ouistreham (Camo) ont eu la mauvaise surprise de découvrir que le parking privé sur lequel ils effectuaient des distributions de nourriture avait été fermé, ce mercredi, rapporte Actu.fr. « C’est une très mauvaise nouvelle », ont déclaré des membres du collectif.

>> A lire aussi : Calvados: Des rassemblements anti et pro-migrants organisés à Ouistreham

« On est dans l’urgence »

Ces distributions de repas ont lieu de manière régulière à Ouistreham (Calvados) depuis l’été 2017. « Lundi soir, ils étaient 140 migrants », assure un bénévole pour montrer la nécessité d’obtenir un nouveau lieu pérenne. En attendant, le Camo a prévu une nouvelle distribution ce jeudi soir, le long du canal.

« On est dans l’urgence, lance l’association. Il faudra par la suite réfléchir à d’autres points de distribution. Si on trouve un site public, il y aura un arrêté municipal et on se fera déloger de tout lieu privé. »

« C’est mon devoir de salubrité publique »

Parallèlement à ces difficultés, une vidéo circule sur les réseaux sociaux où l’on peut voir des gendarmes éteindre un feu de camp dans un sous-bois de Ouistreham où dorment des migrants. « C’est une façon de faire aberrante en ce moment avec ces températures négatives. Un feu, c’est le seul moyen de se réchauffer. Cette vidéo c’est un témoignage en tant que citoyen. C’est aussi un moyen de pression. On l’a vu avec les WC », déplore le Camo.

Des toilettes publiques avaient en effet été fermées avant d’être finalement rouvertes. Par ailleurs, fin janvier, le maire de la commune Romain Bail s’est opposé à l’ouverture d’un abri. « C’est de mon devoir de salubrité publique », avait-il alors déclaré.