VIDEO. Accueil des étrangers: Amnesty épingle la France sur la rétention et les retours à la frontière

IMMIGRATION « Le centre de rétention est un microcosme de souffrances et de douleurs », dénonce Amnesty France... 

Aurélie Bazzara

— 

Un homme et son enfant dans le centre de détention à Mytilène en Grèce, le 15 avril 2016.
Un homme et son enfant dans le centre de détention à Mytilène en Grèce, le 15 avril 2016. — ARIS MESSINIS / AFP

La France n'est « toujours pas à la hauteur de ses responsabilités » au sujet de l'accueil des étrangers, affirme Amnesty International dans son rapport annuel publié ce jeudi, au lendemain de la présentation du projet de loi « asile-immigration ».

Le texte présenté en conseil des ministres suscite des craintes de la part de l’organisation, qui le juge trop dur. L’un des points les plus controversés : l’augmentation de la durée maximale de la rétention administrative. Le gouvernement voudrait la faire passer de 45 à 90 jours afin d'augmenter le nombre de retours à la frontière. Une mesure que Jean-François Dubost, responsable du programme « protection des populations » à Amnesty, juge inefficace.

L'organisation dénonce le renvoi en Italie de près 27.000 réfugiés et migrants entre janvier et juillet, « y compris les mineurs non accompagnés », sans respecter leur droit de demander l'asile en France.

Quelque 1.600 Afghans ont par ailleurs été placés en centre de rétention entre janvier et août, dont 300 renvoyés dans d'autres pays de l'Union européenne et « au moins dix » expulsés en Afghanistan, les exposant à des persécutions, selon Amnesty.