Géolocalisation de militaires sur Strava: Les agents de la DGSE aussi concernés

GPS Leur positionnement géographique n’est ainsi plus un secret…

D. D.

— 

Le siège de la DGSE, à Paris.
Le siège de la DGSE, à Paris. — ERIC DESSONS/JDD/SIPA

C’est la tuile. A l’instar des militaires américains, des hommes des services de renseignement français ont été trahis par l’utilisation de l’application de running Strava disponible gratuitement sur smartphone.

>> A lire aussi : L'armée française rappelle à ses troupes «les règles élémentaires de sécurité des systèmes d’information»

Car elle utilise, en association avec cette application, le GPS, leur permettant ainsi d’enregistrer leurs parcours et leurs performances lors de leurs joggings, révèle Le Canard Enchaîné ce mercredi.

Quand la couverture part en fumée

Une « carte géante » au niveau mondial est ainsi constituée. L’hebdomadaire rapporte qu’il est alors possible de suivre sur l’application les parcours au départ et autour du siège de la DGSE à Paris.

>> A lire aussi : Le Pentagone appelle les soldats à ne pas cartographier publiquement leur footing

Le Canard enchaîné révèle en outre que l’utilisation de Strava par des agents de la DGSE a permis de géolocaliser l’un d’entre eux alors qu’il était en planque en Irak. La localisation précise d’une base militaire française à l’étranger, classée top secret, serait également possible.