Yvelines: L'humoriste Yassine Belattar a passé sept heures en garde à vue

FAITS DIVERS L’humoriste a été placé en garde à vue pour « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique »...

20 Minutes avec AFP

— 

L'humoriste Yassine Belattar lors d'une représentation au Théêtre de Dix Heures, à Paris, en mai 2016.
L'humoriste Yassine Belattar lors d'une représentation au Théêtre de Dix Heures, à Paris, en mai 2016. — SADAKA EDMOND/SIPA

Yassine Belattar a été placé plus de sept heures en garde à vue ce mardi, en marge du déplacement d’Emmanuel Macron aux Mureaux (Yvelines). L’humoriste a été placé en garde à vue pour « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique », avant d’être remis en liberté, une affaire qu’il a qualifiée de « malentendu ».

>> A lire aussi : Yassine Balattar, victime d’un article de «Marianne», déprogrammé dans plusieurs villes

L’animateur a été interpellé vers 11 heures non loin de la médiathèque des Mureaux, où le président de la République était en déplacement, a indiqué le parquet de Versailles, confirmant une information du Point.

Invité mardi par Emmanuel Macron, qu’il avait déjà accompagné aux Mureaux pendant sa campagne présidentielle, l’humoriste est arrivé trop tard pour rejoindre le cortège présidentiel. Selon le parquet, il se serait alors vu refuser l’accès au déplacement présidentiel par des policiers et aurait insulté l’un d’entre eux.

Une confrontation devait avoir lieu avec l’agent de police

Yassine Belattar a été remis en liberté en fin d’après-midi dans le cadre d’une composition pénale. Cette mesure alternative aux poursuites s’applique lorsque la personne reconnaît les faits reprochés et permet d’éviter un procès.

L’humoriste fait ainsi l’objet d’une convocation devant le délégué du procureur de la République, a précisé le parquet. Joint par téléphone par l’AFP, il a expliqué qu’une policière lui avait « fait une remarque très désobligeante » devant ses enfants. « je lui ai répondu, et on s’est tous retrouvés au commissariat », a-t-il ajouté, précisant qu’une confrontation devait avoir lieu avec l’agent de police.