Les smartphones ne permettent pas d'avoir un accès neutre à Internet, dénonce l'Arcep

GOOGLE Leur utilisation influence la manière dont les utilisateurs ont accès au Web…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'utilisation d'un smartphone.
Illustration d'utilisation d'un smartphone. — VALERY HACHE / AFP

L’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) remet, ce jeudi, un rapport au gouvernement sur la neutralité non pas de l’Internet mais d’un des supports qui nous permet d’y accéder : le smartphone. Car les appareils mobiles, qui sont désormais omniprésents, et les applications font courir un risque d’accès réduit à I’Internet, s’inquiète l’autorité de régulation.

>> Téléphonie mobile: Découvrez quel opérateur offre le meilleur réseau près de chez vous

Les applications, devenues le moyen privilégié pour accéder aux sites internet via les smartphones et tablettes, mais également les enceintes connectées, influencent ainsi la manière dont les utilisateurs peuvent accéder à internet en le restreignant à un univers compartimenté, selon l’Arcep.

Un risque accru par les assistants vocaux

« Les terminaux n’offrent à l’utilisateur qu’un accès limité à Internet » car chaque smartphone ou appareil mobile est vendu « avec son logiciel et son magasin d’applications » qui permettent de choisir quelles applications sont proposées et celles qui pourraient être mises en avant ou non.

L’Autorité s’inquiète en outre d’un « risque de limitation toujours plus grand », que pose l’arrivée sur le marché des enceintes connectées, telles que Google Home ou Amazon Echo, qui ne proposent qu’un environnement délimité par les accords signés avec ces grandes entreprises, ou demain la voiture connectée.

>> A lire aussi : Téléphonie: La première carte de couverture mobile interactive et comparative mise en ligne

Ce rapport a été remis par le président de l’Arcep, Sébastien Soriano, au secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi. Afin de remédier à ce rétrécissement d’internet, l’Arcep a assorti son rapport d’une série de propositions.

Etendre aux terminaux le principe de « neutralité du net »

Il propose d’imposer l’interopérabilité des appareils, afin de permettre à un utilisateur d’en changer, la levée des restrictions imposées par les fabricants de terminaux ou des systèmes d’exploitation, Google pour Android et Apple pour son iOS, ou encore un meilleur accompagnement des entreprises, notamment les PME​, face à ces géants.

>> A lire aussi : La neutralité du Net, c'est fini aux Etats-Unis (pour l'instant)

« L’Arcep entend apporter sa pierre à l’édifice en proposant des pistes d’action pragmatiques et à impact rapide, qu’elle préconise de mettre en œuvre dès maintenant à l’échelle nationale, avec l’ambition de stimuler des démarches européennes », a ajouté l’Autorité dans son communiqué.

Pour l’Arcep, il s’agit ainsi d’élargir à ces terminaux le principe de « neutralité du Net », qui garantit à chaque citoyen européen de pouvoir accéder à n’importe tel contenu en ligne sans entrave.