VIDEO. Affaire Maëlys: «Cette vérité, il la devait», affirme l'avocat de Nordahl Lelandais

AVEUX Nordahl Lelandais a avoué ce jeudi avoir tué « involontairement » Maëlys et a emmené les enquêteurs sur les lieux où il a dissimulé le corps de l’enfant…

Caroline Girardon

— 

Alain Jakubowicz l'avocat de Nordahl Lelandais a indiqué qu'il continuerait de le défendre. AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT
Alain Jakubowicz l'avocat de Nordahl Lelandais a indiqué qu'il continuerait de le défendre. AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT — AFP
  • Nordahl Lelandais est passé aux aveux.
  • Son avocat a indiqué qu'il continuerait de le défendre.

Six mois de silence. Et puis la vérité a éclaté. Nordahl Lelandais est passé aux aveux ce mercredi, confirmant aux enquêteurs qu’il avait tué la petite Maëlys. Mais de façon « involontaire ». L’homme n’en a pas dit plus sur les circonstances du décès de l’enfant, dont le crâne et un os ont été retrouvés dans l’un des bois du massif de la Chartreuse.

>> A lire aussi : Affaire Maëlys: Nordahl Lelandais a admis avoir tué la petite fille

« Nous sommes sur la voie de la vérité. Cette vérité, il la devait », a déclaré son avocat, précisant qu’il continuerait d’assurer sa défense. Mardi, Alain Jakubowicz est allé le trouver en prison pour lui présenter les derniers éléments du dossier. A savoir la découverte de traces de sang de la fillette dans le coffre de sa voiture.

« J’avais mille raisons d’être en colère contre lui »

« Manifestement, il m’avait menti jusque-là comme il avait menti à tout le monde. J’avais mille raisons d’être en colère contre lui. Mais le mensonge n’est pas un délit. Il fait partie des droits de la défense au risque de celui qui ment. Le fait que je lui ai dit que je serais à ses côtés, a peut-être contribué à ce qu’il parle et je voulais avant tout qu’il parle », poursuit l’avocat qui se dit aujourd’hui « soulagé » d’entendre son client « dire la vérité ». Un client qu’il est « fier d’assister ». Un client qui a été « traîné dans la boue » et que l’on « traite de serial killer sans l’once d’une preuve ».

>> A lire aussi : Affaire Maëlys: Nordahl Lelandais passe aux aveux, le corps de la fillette retrouvé.... Ce qu'il faut retenir de cette journée de dénouement

Devant les médias, l’avocat se défend de plaider. Mais dresse le portrait d’un homme rongé par le remords. À l’en croire, Nordahl Lelandais aurait eu un « déclic ». « Il était totalement anéanti. Il a tout de suite voulu parler de Maëlys et à ses parents », insiste Alain Jakubowicz. « Ce matin quand il nous a emmenés sur les lieux, tout le monde pensait qu’il nous menait encore en bateau. Personne ne pensait qu’on trouverait. Mais il a parlé, ce qui n’est pas le cas d’autres dossiers qui ont été récemment jugés » (référence à l’affaire Fiona).

« Je ne salis pas la mémoire de Maëlys »

« Il a voulu retourner une dernière fois sur place, quand nous sommes repartis. Car il voulait s’adresser à Maëlys… Mais je ne veux pas faire pleurer sur Nordahl Lelandais », s’arrête l’avocat. Conscient qu’il « continuera de s’en prendre plein la figure », le magistrat lyonnais réaffirme pourtant sa volonté de défendre son client.

« Je ne salis pas la mémoire de Maëlys ni celle de ses parents à l’égard desquels j’ai un profond respect mais mon rôle d’avocat est d’être aux côtés d’un homme qui a besoin de s’exprimer », conclut Alain Jabowicz avant d’ajouter qu’il ne formulerait désormais « plus aucune demande de remise en liberté ».