VIDEO. Affaire Maëlys: Nordahl Lelandais passe aux aveux, le corps de la fillette retrouvé.... Ce qu'il faut retenir de cette journée de dénouement

ENQUÊTE Près de six mois après la disparition de la fillette de 9 ans, des « restes » de la fillette ont été retrouvés ce mercredi soir sur les indications de Nordahl Lelandais…

Elisa Frisullo

— 

Maëlys, 9 ans, avait disparu dans la nuit du 26 au 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Lancer le diaporama
Maëlys, 9 ans, avait disparu dans la nuit du 26 au 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin en Isère. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Nordahl Lelandais a fini par avouer ce mercredi avoir tué « involontairement » Maëlys.
  • Des restes du corps de la fillette ont été retrouvés sur ses indications ce mercredi soir dans une zone reculée et escarpée située dans le massif de la Chartreuse.

Il aura fallu attendre près de six mois pour que tombe une partie de glaçante vérité. Ce mercredi soir, des « restes du corps » de Maëlys ont été retrouvés dans le massif de la Chartreuse à Saint-Franc (Savoie), sur les indications de Nordahl Lelandais qui a fini par avouer être à l’origine de la mort de la fillette.

>> A lire aussi : Nordahl Lelandais conduit dans le secteur de la disparition de la fillette

L’enfant de 9 ans avait disparu dans la nuit du 26 au 27 août dernier, lors d’une soirée de mariage, à laquelle elle assistait avec ses parents à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Après avoir nié toute implication dans cette affaire pendant des mois, Nordahl Lelandais, mis en examen fin novembre pour l’enlèvement et le meurtre de Maëlys, a fini par passer partiellement aux aveux. 20 Minutes vous détaille tout ce qu’il faut retenir de cette journée, à l’issue de la conférence de presse du procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat.

L’ancien militaire, accablé, a fini par craquer. Mardi, toutes les parties ont eu accès au dossier d’instruction, dans lequel était indiqué qu’une trace de sang de l’enfant avait été découverte dans la voiture de l’ancien militaire. C’est après ce nouvel élément et la visite, mardi en prison, de son avocat Me Alain Jakubowicz que Nordahl Lelandais, accablé, s’est décidé à parler. Ce mercredi, au petit matin, il a été extrait de sa cellule de Saint-Quentin-Fallavier pour rencontrer, à sa demande, au palais de justice de Grenoble, les juges d’instruction chargés de l’affaire. Lors de cet entretien, assez court, l’ancien militaire de 34 ans « a reconnu avoir tué involontairement Maëlys et s’être débarrassé de son corps », a indiqué ce mercredi soir le procureur de la République de Grenoble Jean-Yves Coquillat. Le suspect a présenté ses excuses aux parents de Maëlys, à Maëlys et aux juges. « Il se présente en faisant état de remords », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : «Cette vérité, il la devait», affirme l'avocat de Nordahl Lelandais

Les circonstances de la mort restent inconnues. Dans le bureau des juges d’instruction, Nordahl Lelandais a expliqué « avoir emmené l’enfant, l’avoir tué involontairement et avoir déposé son corps à proximité de la maison de ses parents à Domessin », a ajouté le parquet de Grenoble. Il est alors retourné au mariage, puis est rentré chez lui et a mis le corps de Maëlys dans son coffre et l’a déposé dans le massif de la Chartreuse, dans une zone de montagne très reculée, a ajouté le procureur. Nordahl Lelandais n’a en revanche rien dit sur les circonstances qui ont conduit au décès de la fillette, souhaitant attendre que son corps soit retrouvé. « Il a dit qu’il s’exprimerait après », a précisé Jean-Yves Coquillat.

Les restes du corps de Maëlys ont été découverts dans les gorges de Chailles, à une dizaine de kilomètres de Pont-de-Beauvoisin.
Les restes du corps de Maëlys ont été découverts dans les gorges de Chailles, à une dizaine de kilomètres de Pont-de-Beauvoisin. - Map4News

 

Une partie du corps retrouvée. Nordahl Lelandais a été conduit ce mercredi matin sur le terrain situé près de chez-lui, à Domessin, où il dit avoir déposé le corps de l’enfant après l’avoir tué. Puis, il a été conduit dans les gorges de Chailles à Saint-Franc et a indiqué aux enquêteurs où il pensait s’être débarrassé de son corps. Les conditions météo difficiles ont rendu les recherches très compliquées. Mais ce mercredi soir, les chiens « en restes humains », mobilisés, ont permis de découvrir « un crâne d’enfant et un ossement », a précisé le parquet.

>> A lire aussi : Les étapes essentielles de ces longs mois d'enquête

Beaucoup de questions sans réponse. Après cette journée, beaucoup de questions restent en suspens. « Aujourd’hui, nous pouvons apporté une triste nouvelle aux parents de Maëlys », a déclaré Jean-Yves Coquillat, soucieux depuis le début de l’enquête de pouvoir dire à cette famille ce qu’il était advenu de la fillette. « L’instruction va se poursuivre […]. Il nous reste à faire juger l’auteur », a renchéri le procureur. L’ancien militaire devrait être entendu prochainement par les juges d’instruction. Il devra notamment s’expliquer sur cette nuit d’horreur au cours de laquelle Maëlys est morte. Pourquoi l’a-t-il emmenée ? Comment l’enfant a-t-elle été tuée ? Pourquoi avoir caché la vérité si longtemps quand tous les éléments l’accablaient ? « Il aura à répondre à de nombreuses questions. J’ai la conviction qu’il y contribuera pleinement », a déclaré ce mercredi soir Me Alain Jakubowicz, en faisant part de son « grand soulagement » à voir la vérité éclater.