VIDEO. Lactalis accusé d'avoir dissimulé des autocontrôles positifs à la salmonelle

SANTE Selon le ministère de l'Agriculture, l'entreprise n'a pas transmis ces résultats aux autorités...

20 Minutes avec AFP

— 

L'usine Lactalis de Craon (Mayenne).
L'usine Lactalis de Craon (Mayenne). — David Vincent/AP/SIPA

Le directeur général de l'Alimentation (DGAL), rattaché au ministère de l'Agriculture, a indiqué mardi que Lactalis n'avait pas transmis les résultats d'autocontrôles positifs à la salmonelle de son usine de Craon, lors des inspections menées ces dernières années par les services sanitaires.

«Ce que l'on constate, c'est qu'il y a un décalage entre les éléments donnés au niveau de l'inspection et ce qu'on a pu récupérer comme autocontrôles suite à la crise», a déclaré Patrick Dehaumont, auditionné par les commissions des affaires économiques et sociales du Sénat.

>> A lire aussi : Un deuxième cas de salmonellose en Espagne

«Pendant toutes ces années, il y a eu des autocontrôles d'environnement positifs faisant apparaître la salmonelle qui ne vous ont pas été transmis?», l'a interrogé la présidente de la Commission des affaires économiques Sophie Primat. «C'est ça», a acquiescé Patrick Dehaumon . Contacté mardi soir par l'AFP, Lactalis n'a pas réagi dans l'immédiat.

200 enfants malades à cause d'une souche unique

Dans une interview accordée aux Echos fin janvier, le PDG de Lactalis Emmanuel Besnier avait reconnu, puisque des salmonelles avaient bien été trouvées «dans l'environnement» de l'usine entre 2005 et 2017, qu'il ne pouvait «exclure que des bébés aient consommé du lait contaminé sur cette période».

Une contamination à la salmonelle avait frappé l'usine en 2005, avant son rachat par Lactalis.

L'épidémie de 2005 avait touché 146 nourrissons, a rappelé mardi Patrick Dehaumont. Celle de 2017 en a affecté 37 en France, ainsi que deux en Espagne et un autre probable en Grèce. La bactérie en a également contaminé 25 autres entre 2006 et 2016, selon l'Institut Pasteur. Le bilan dépasse donc 200 enfants malades à cause d'une souche unique.

«Les autorités chinoises nous demandent des comptes»

Patrick Dehaumont a également déploré devant les sénateurs les répercussions de l'affaire Lactalis sur la réputation de la filière laitière française à l'étranger. «Je ne vous cache pas que l'affaire Lactalis nous pose quelques difficultés. Je pense notamment au marché chinois, puisque les autorités chinoises nous demandent des comptes et c'est bien normal(...)». «Ca met à mal une filière française qui était réputée comme une filière d'excellence», a-t-il ajouté.

De son côté, la Confédération paysanne a réclamé mardi une enquête du parquet financier, après des informations de presse faisant état de pratiques fiscales illégales de la part du géant du laitier, et annoncé une manifestation le 22 février devant le tribunal d'instance de Laval, afin que «la justice s'empare de la question du revenu paysan.»