Les infos immanquables du jour: Eviter les sèche-mains, portrait d'Ahed Tamimi et affaire Troadec

INFOS Ce qu’il ne fallait pas manquer dans l’actualité de ce mardi 13 février…

Armelle Le Goff

— 

Des sèche-mains électriques dans des toilettes de New York, en 2006.
Des sèche-mains électriques dans des toilettes de New York, en 2006. — E.SUMPTION / SIPA

Que vous soyez à Beauvais ou à Agen, c’est l’heure des immanquables.

L’article le plus lu du jour : VIDEO. Pourquoi il vaut mieux éviter les sèche-mains électriques dans les toilettes

Comme toute personne à cheval sur l’hygiène, vous penserez vraisemblablement que vos mains sont propres après les avoir lavées. Mais si vous les avez séchées sous le sèche-mains électrique des toilettes publiques ? Le résultat sera plus contrasté.

Aux Etats-Unis, une étudiante a mené une petite expérience scientifique qui collerait la nausée aux plus vaillants. Dans le cadre d’un cours de microbiologie, Nichole Ward a ainsi placé une boîte de Petri – petit récipient rond et plat que l’on voit dans les labos — dans un sèche-mains électrique dans des toilettes publiques durant trois petites minutes. En deux jours, une flopée de microbes et de champignons ont proliféré dans le récipient, raconte-t-elle, photo à l’appui, dans un post Facebook qui a chamboulé des centaines de milliers d’estomacs. Pour être au clair sur la question, le papier est à lire là. 

L’article le plus partagé du jour : Qui est Ahed Tamimi, l'égérie de la cause palestinienne?

En quelques jours, la vidéo est devenue virale. Tournée avec un téléphone portable le 15 décembre dernier à Nabi Saleh (Cisjordianie), elle montre Ahed Tamimi, 17 ans, et sa cousine Nour, 20 ans, s’approcher de deux soldats israéliens qui avaient pris position devant la maison familiale. Puis, après leur avoir hurlé dessus, les deux jeunes filles leur donnent des coups de pied et de poing. La mère d’Ahed intervient, avec l’apparente volonté de s’interposer. Les militaires, eux, demeurent impassibles face à ce qui semble relever davantage de la provocation de la part des Tamimi que de la volonté de faire mal. Les trois femmes ont été arrêtées les jours suivants. Plus d'infos par ici. 

L’article le plus à lire du jour : Affaire Troadec: «On revit jour par jour, heure par heure, ce qu’on a vécu un an plus tôt»

Il y a près d’un an, dans la nuit du 16 au 17 février 2017, Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec étaient assassinés à leur domicile d’Orvault, près de Nantes. Hubert Caouissin, le beau-frère du père de famille, passera aux aveux le 6 mars et sera mis en examen et écroué. Les restes des corps des victimes seront retrouvés quelques jours plus tard, éparpillés sur la propriété du couple Caouissin à Pont-de-Buis (Finistère). Cécile de Oliveira, avocate de la mère et des deux sœurs de Brigitte Troadec, revient pour 20 Minutes sur l’affaire.