Lyon : Un legs de 3,5 millions d’euros fait par un prêtre à la bibliothèque municipale

INSOLITE L’homme d’Église, décédé fin 2016, a légué une grande partie de sa fortune à l’établissement public…

E.F.

— 

Le prêtre a légué une grosse partie de sa fortune à la bibliothèque muncipale de Lyon. Illustration.
Le prêtre a légué une grosse partie de sa fortune à la bibliothèque muncipale de Lyon. Illustration. — Olivier Morin / AFP

Le généreux donateur fréquentait les rayons de l’établissement public, mais ne faisait pas partie des abonnés les plus réguliers dont le personnel se souvient. La bibliothèque municipale de Lyon a eu la grande surprise, il y a quelques mois, de se voir léguer 3.5 millions d’euros par un prêtre du diocèse, décédé fin 2016 à Sainte-Foy-lès-Lyon.

Le père Louis Perrin, un docteur en théologie né au Chambon-Feugerolles dans la Loire, avait, dans son testament, désigné la Ville de Lyon comme légataire universelle pour que ses biens ou le produit de ses biens « servent à la bibliothèque municipale », peut-on lire dans la délibération consacrée à « l’acceptation du legs » adoptée le 20 novembre 2017 par le conseil municipal.

Quel usage fait d’une telle somme ?

Plus habitué à recevoir des dons d’ouvrages ou de collections que des legs d’argent d’un tel montant, le directeur de la bibliothèque municipale s’attelle désormais à faire le meilleur usage possible de cette somme. Et rendre hommage au prêtre, qui a passé une grande partie de sa vie comme aumônier d’hôpital au chevet des malades et personnes mourantes.

« On est en train d’y réfléchir: Est-ce que l’on va ouvrir un nouveau service aux usagers qui portera le nom de Louis Perrin ? Ou une salle dédiée ? Ou une nouvelle collection d’ouvrages ? », s’interrogen dans les colonnes de Lyon Mag, le directeur de la bibliothèque​ Gilles Eboli, qui n’a trouvé que peu d'informations sur ce donateur.

L’homme, qui habitait à deux pas de l’établissement public, n’a laissé aucun souvenir au personnel. Mais son ouvrage Guérir et Sauver, entendre la parole des malades, sorti en 1987, avait été acquis à l’époque par la bibliothèque.