VIDEO. On vous dit tout sur la 70e miraculée officielle de Lourdes (qui s'appelle Bernadette)

RELIGION Ce dimanche, l'église catholique proclame officiellement la 70e guérison de Lourdes. La miraculée est une religieuse de Beauvais portant le prénom prédestinée de Bernadette...

Helene Menal

— 

Le sanctuaire de Lourdes.
Le sanctuaire de Lourdes. — Charuel - Sipa
  • L’Église proclame ce dimanche la 70e guérison de Lourdes
  • La miraculée est une religieuse de Beauvais, Bernadette Moriau, qui souffrait d’une maladie invalidante depuis des décennies.
  • Tous les signes cliniques ont disparu en 2008, quelques jours après son pèlerinage dans la grotte.

Plus d’attelle, de pied tordu, d’antalgique. Envolées aussi les séquelles neurologiques. Bernadette Moriau, religieuse de Beauvais au prénom prédestiné, est devenue officiellement ce dimanche, à 78 ans, la 70e miraculée de Lourdes.

Sa guérison a eu lieu 11 juillet 2008. C’est donc après de dix ans d’enquête du Bureau des constatations médicales du Sanctuaire de Lourdes que les autorités religieuses ont franchi le pas.

Car le miracle s’est produit quelques jours à peine après son retour d’un pèlerinage dans la cité mariale. A l’époque sœur Bernadette, infirmière de profession, vit un véritable calvaire. Elle souffre depuis l’âge de 26 ans d’une maladie invalidante des lombaires. Elle a subi de nombreuses opérations chirurgicales, mais rien n’y fait. Autant dire qu’elle se traîne à Lourdes plutôt qu’elle n’y accourt, sans rien en attendre. Elle en revient d’ailleurs dans un premier temps plus fatiguée que guérie.

>> A lire aussi : Lourdes invite tous les couples, même homos, à célébrer St-Valentin

Une « chaleur dans tout son corps »

Et puis arrive ce fameux 11 février. Au cours d’une prière dans son couvent des franciscaines oblates du Sacré-Cœur de Jésus, elle ressent une « chaleur dans tout son corps ». « Elle constate que son pied est revenu dans une position normale et qu’elle peut à nouveau le bouger », détaille le Sanctuaire de Lourdes.

D’abord, elle est perdue. « J’ai pleuré pendant plusieurs jours », raconte sœur Bernadette. Elle s’est même précipitée chez son médecin traitant à 7 heures du matin. Comme tous les autres praticiens qui examineront la miraculée par la suite, même ceux qui ne sont pas chrétiens, il n’a pu que constater la disparition des signes cliniques. Depuis, Bernadette Moriau va bien. Peut-être pas au point de jouer dans la comédie musicale en projet sur Bernadette Soubirous, mais elle est alerte.

La dernière guérison reconnue datait de 2013. Depuis 1862, 80 % des 70 miracles de lourdes ont concerné des femmes. Mais jusqu’ici aucune ne se prénommait Bernadette.