Nutella vante «la qualité» de ses ingrédients dans sa nouvelle campagne de pub, les nutritionnistes en colère

ALIMENTATION « Ce type de produit, c’est une bombe calorique avec, contrairement à la confiture ou au beurre, un intérêt nutritionnel quasi nul », rappelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire...

H. B. avec AFP

— 

Des pots de Nutella dans l'usine Ferrero de Villers-Ecalles (Seine-Maritime).

Des pots de Nutella dans l'usine Ferrero de Villers-Ecalles (Seine-Maritime). — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Nouvelle polémique autour du Nutella. La célèbre marque de pâte à tartiner a lancé ce dimanche une nouvelle campagne de publicité axée sur sa « qualité », au grand dam de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) pour qui ce produit, qui contient plus de 85 % de sucre et de matière grasse, est d’un point de vue nutritionnel « catastrophique ».

 

« Nous entendons garder une position forte sur le marché français et continuer à développer » Nutella, a expliqué le président directeur général de Ferrero France, Jean-Baptiste Santoul, lors de la présentation aux médias de cette campagne vantant la traçabilité des ingrédients de Nutella et dont « la première vague » est prévue « tout au long du premier semestre 2018 ».

« Ce type de produit, c’est une bombe calorique »

Avec cette campagne, l’entreprise persiste et signe sur l’huile de palme dont Nutella est composé à 20 % environ, d’après Ferrero. Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire pourtant, l’huile de palme, dont la mention est obligatoire depuis 2014 sur les produits qui en contiennent, est « sans intérêt nutritionnel » et contient des acides gras saturés qui « en excès peuvent favoriser les maladies cardiovasculaires ».

>> A lire aussi : La recette de la transparence fonctionnera-t-elle?

Au-delà, « ce type de produit, c’est une bombe calorique avec, contrairement à la confiture ou au beurre, un intérêt nutritionnel quasi nul. Pour le sucre, c’est une catastrophe. Il ne se voit pas. Si vous mettiez la même quantité de sucre dans votre café, vous seriez effrayé », résume la professeure Irène Margaritis, cheffe de l’évaluation de risques liés à la nutrition de l’Anses. Le Nutella affiche 539 kcal pour 100 grammes (contre 300 kcal environ pour un cheeseburger entier).

« Ce n’est pas la peine d’inciter les gens »

A l’heure où « on a un très fort problème avec les gens qui consomment trop de sucre » et « un problème aussi avec les gens qui consomment trop de gras », l’Anses plaide pour « des mesures visant à limiter l’incitation à la consommation de produits sucrés (dont ce produit fait partie) », dont l’excès peut entraîner « surpoids, obésité et maladies qui y sont associées de façon indirecte comme le diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires, certains cancers ».

>> A lire aussi : La recette du Nutella aurait bien été modifiée

« Ce n’est pas la peine d’inciter les gens, de toute façon, ils adorent ça. Il faudrait qu’il y ait des campagnes d’information visant à donner à ces produits la place qui leur revient, occasionnelle », ajoute Irène Margaritis.