Affaire Fiona: Peut-il y avoir un nouveau procès à cause de l’histoire de l’apéritif?

JUSTICE Sitôt Cécile Bourgeon condamnée à 20 ans de réclusion criminelle, Renaud Portejoie, son avocat, a annoncé qu’il allait déposer un pourvoi en cassation…

Vincent Vantighem

— 

Photo de la petite Fiona distribuée par la police avant que ses parents avouent qu'elle est morte et qu'ils l'ont enterrée.

Photo de la petite Fiona distribuée par la police avant que ses parents avouent qu'elle est morte et qu'ils l'ont enterrée. — FRENCH POLICE / AFP

  • Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf ont été condamnés à 20 ans de réclusion.
  • Ils ont été reconnus coupables des coups ayant entraîné la mort de Fiona.
  • L’avocat de Cécile Bourgeon a immédiatement annoncé un pourvoi en cassation.
  • Il estime que le président de la cour d’assises a manqué d’impartialité.

À la cour d’assises de la Haute-Loire, au Puy-en-Velay,

Renaud Portejoie n’a toujours pas digéré l’affaire de l’apéritif. À peine Cécile Bourgeon condamnée à 20 ans de réclusion criminelle pour la mort de Fiona, dimanche peu avant 1h, son avocat a annoncé qu’il allait déposer, dès lundi matin, un pourvoi devant la Cour de cassation pour réclamer un nouveau procès.

>> Les faits: 20 ans de réclusion pour Bourgeon et Makhlouf

« Aux regards des graves événements qui ont émaillé cette audience, nous allons naturellement régulariser un pourvoi en cassation dès lundi, a expliqué Renaud Portejoie en quittant le prétoire. Un pourvoi qui aboutira probablement. Il y aura donc un [nouveau] procès Fiona ! » Cela serait alors le quatrième en comptant celui d’octobre 2016 renvoyé déjà à la demande du même avocat après un incident.

Une première demande de renvoi rejetée

S’il a refusé de répondre aux questions à ce sujet, nul doute que ce pourvoi portera sur le manque d’impartialité supposé d’Etienne Fradin, le président de la cour d’assises de la Haute-Loire qui a condamné Cécile Bourgeon et son ancien compagnon Berkane Makhlouf pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de le donner.

>> Justice: Une première demande de renvoi rejetée

Renaud Portejoie estime que le président a manqué à ses devoirs en prenant, mercredi 31 janvier, un verre avec certains avocats présents au procès alors que l’audience avait débuté depuis trois jours. L’avocat avait déjà réclamé, sans l’obtenir, un renvoi de l’affaire après avoir eu connaissance de cet apéritif dans le cossu hôtel Regina, à deux pas du palais de justice du Puy-en-Velay.

Etienne Fradin, le président de la cour d'assises de la Haute-Loire, est accusé de partialité dans l'affaire Fiona pour avoir bu un verre avec des avocats.
Etienne Fradin, le président de la cour d'assises de la Haute-Loire, est accusé de partialité dans l'affaire Fiona pour avoir bu un verre avec des avocats. - Thierry Zoccolan / AFP

Les images de l’hôtel visionnées sous contrôle d’huissier

Il estimait que la proximité du président de la cour d’assises avec certains avocats des parties civiles, lors de cet événement, était de nature à remettre en cause l’impartialité dont il doit faire preuve pour diriger les débats.

>> Procès: L'usine à fantasmes morbides de l'affaire Fiona

Les avocats des parties civiles avaient vivement réagi à ces accusations, en mettant en avant que l’un des avocats de la défense était également présent, aux côtés du président à ce moment-là. Selon nos informations, les images de vidéosurveillance de l’hôtel ont déjà été visionnées, sous contrôle d’huissier, et attestent, en effet, de la présence de Mohamed Khanifar, l’avocat de Berkane Makhlouf au bar de l’hôtel.

Au moins six mois d’attente…

Quoi qu’il en soit, les avocats de Cécile Bourgeon disposeront, une fois leur pourvoi déposé, d’un délai de quatre mois pour rédiger un mémoire exposant leurs griefs à l’encontre du verdict rendu ce dimanche. Les autres avocats concernés par cette procédure auront, ensuite, un délai de deux mois pour y répondre avant la tenue éventuelle d’une audience à ce sujet.

Si elle estime alors qu’Etienne Fradin a manqué d’impartialité et que cela constitue une raison suffisante pour entacher le verdict d’une irrégularité, la Cour de cassation aura la possibilité de casser la décision et de demander alors la tenue d’un nouveau procès devant une cour d’appel. Vraisemblablement pas devant la cour de la Haute-Loire…

* Revivez tout le procès sur le compte Twitter de notre journaliste :  @vvantighem