Affaire Fiona: Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf condamnés à 20 ans de réclusion

PROCÈS Renaud Portejoie, l’avocat de Cécile Bourgeon, a immédiatement indiqué qu’il allait déposer un pourvoi en cassation…

Vincent Vantighem

— 

Riom (Puy-de-Dôme), le 5 septembre 2016. Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, arrive à la cour d'assises où est jugé l'homme qui l'a violée en 2012.
Riom (Puy-de-Dôme), le 5 septembre 2016. Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, arrive à la cour d'assises où est jugé l'homme qui l'a violée en 2012. — Thierry Zoccolan / AFP
  • Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf étaient jugés en appel.
  • Ils étaient accusés des coups ayant entraîné la mort de Fiona, 5 ans.
  • Ils encouraient une peine de 30 ans de réclusion criminelle.

À la cour d’assises de la Haute-Loire, au Puy-en-Velay,

Elle a semblé vaciller un instant à la barre. À tel point que les policiers se sont immédiatement positionnés derrière elle. Dimanche, peu avant 1h, Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona, a été condamnée en appel à vingt ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de la Haute-Loire. Son ancien compagnon, Berkane Makhlouf, a écopé de la même peine. Tous deux ont donc été reconnus coupables de violences volontaires ayant entraîné la mort de la fillette sans intention de la donner, en mai 2013.

>> Procès: Les vérités insondables des deux accusés.

Dans un long préambule motivant ce verdict, le président de la cour, Etienne Fradin a déploré que « les mensonges, les contradictions, les silences, les absences, la variabilité des réponses et les incohérences des accusés [n’aient] pas permis d’appréhender la réalité du contexte exact du décès de Fiona. »

Pour autant, la cour d’assises a considéré que « l’enfant avait bien été victime de violences » et que Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf avaient adopté « des comportements qui ont entraîné [son] décès. » Au surplus, les jurés ont ordonné le « retrait total » de l’autorité parentale de Cécile Bourgeon, mère de deux enfants âgés de 5 et 7 ans aujourd’hui, dont la petite sœur de Fiona.​

>> Cécile Bourgeon est une menace pour la sœur de Fiona, selon son père

« Satisfaisant » pour Nicolas Chafoulais et « juste pour Fiona »

Interdit durant de longues minutes après ce verdict, Nicolas Chafoulais, le père de la fillette, a finalement fait part de sa satisfaction à la sortie du prétoire. « C’est un soulagement pour moi et c’est juste pour Fiona », a-t-il réagi d’une voix blanche. Interrogé pour savoir si cette décision l’avait apaisé, il a, toutefois, répondu par la négative, indiquant que sa fille ne reviendrait « jamais ».

>> Procès : Le verdict menacé par une sombre histoire d'apéritif

Renaud Portejoie, l’avocat de Cécile Bourgeon, qui avait exhorté lors de sa plaidoirie les jurés à « résister » à la pression populaire sans convaincre, a annoncé qu’il allait déposer « dès lundi » un pourvoi en cassation. Celui-ci portera sur le manque d’impartialité du président de la cour coupable, à ses yeux, d’avoir pris un apéritif avec certains avocats des parties civiles au beau milieu du procès.

Mais, selon nos informations, les images de vidéosurveillance de l’hôtel où l’apéritif a eu lieu ont déjà été visionnés, sous contrôle d’huissier. Elles attesteraient de la présence de certains avocats de la défense, notamment de celle de Mohamed Khanifar, l’avocat de Berkane Makhlouf.

L’avocat général avait requis une peine de 30 ans de réclusion

En première instance, Berkane Makhlouf avait écopé d’une peine similaire de vingt ans de réclusion criminelle. Mais Cécile Bourgeon avait été acquittée des faits criminels et condamnée à cinq ans de prison pour des seuls délits parmi lesquels la non-assistance à personne en danger ou le recel de cadavre.

>> Procès: 30 ans de réclusion requis contre Bourgeon et Makhlouf.

À leur encontre, samedi après-midi, l’avocat général Raphaël Sanesi de Gentille avait requis la peine maximale de trente années de réclusion.

* Revivez le procès en direct sur le compte Twitter de notre journaliste :  @vvantighem