Deux jeunes homosexuelles agressées en banlieue parisienne, deux mineurs en garde à vue

HOMOPHOBIE Sept jeunes gens, tous âgés de 17 ans, ont été interpellés pour « violences volontaires en raison de l’orientation sexuelle », deux sont toujours en garde à vue…

N.Sa avec AFP

— 

Un RER A à la station Châtelet. (Illustration)
Un RER A à la station Châtelet. (Illustration) — M.ASTAR/SIPA

Elles sont toujours en état de choc. Deux jeunes homosexuelles ont été agressées, sans être blessées, et ont fait l’objet vendredi en banlieue parisienne d’insultes homophobes de la part d’un groupe de jeunes gens, dont deux ont été placés en garde à vue, a-t-on appris de sources policières.

Le couple de jeunes filles, âgées de 17 et 18 ans, a été pris à partie sur le quai du RER A à Pontoise (Val-d’Oise). Elles ont indiqué à la police avoir été violemment bousculées et avoir eu les cheveux et les vêtements tirés.
« Putains de lesbiennes », « Vous baisez ? », leur auraient notamment lancé leurs agresseurs présumés. Les faits se seraient prolongés durant leur trajet vers Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) où la police, alertée par les victimes, attendait le groupe.
Les jeunes filles ont porté plainte dans la soirée. Elles n’ont « pas été blessées » mais sont « choquées », selon une des sources policières.

>> A lire aussi : Ricky Martin explique pourquoi il a mis du temps à faire son «coming out»

Sept jeunes gens, tous âgés de 17 ans, venant pour la plupart du Val-d’Oise, ont été interpellés pour « violences volontaires en raison de l’orientation sexuelle » et deux d’entre eux, dont une jeune fille, ont été placés en garde à vue vendredi soir, selon cette même source. Les cinq autres seront convoqués ultérieurement pour être entendus comme témoins. L’enquête a été confiée au commissariat de Conflans-Sainte-Honorine.

Selon le rapport 2017 de SOS Homophobie, 212 agressions physiques à caractère homophobe ont été recensées en 2016 en France par cette association qui lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie. Un « chiffre en deçà de la réalité », a précisé vendredi à l’AFP un de ses porte-paroles.