Alsace: Des collégiennes et des lycéennes victimes de cyber-harcèlement

INTERNET L’académie de Strasbourg a eu connaissance de sept cas de cyber-harcèlement de jeunes filles, scolarisées dans des collèges et lycées près de Mulhouse...

A.I.
— 
Alsace: De nouveaux cas de cyber-harcèlement sur des jeunes filles dans les collèges et lycées (Illustration)
Alsace: De nouveaux cas de cyber-harcèlement sur des jeunes filles dans les collèges et lycées (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

Il y a un mois environ, l’académie de Strasbourg indiquait que « plusieurs plaintes avaient été déposées » suite à la diffusion de photos d'adolescentes, à leur insu, sur Snapchat. Il s’agissait de photos sorties de leur contexte, des photos intimes ou encore des photomontages.

Après le Bas-Rhin, voilà que de jeunes haut-rhinoises sont à leur tour victimes de cyber-harcèlement.

Le rectorat indique ce vendredi que les services de l’académie de Strasbourg ont, à ce jour, eu connaissance de sept cas de cyber-harcèlement de jeunes filles, scolarisées dans des collèges et lycées de la zone de Mulhouse.

Nuire à la réputation

Ces collégiennes et lycéennes ont témoigné avoir fait l’objet d’une campagne d’affichage que l’on peut associer au phénomène « The Puta », poursuit le rectorat. Celui-ci consiste en la diffusion d’images intimes ou de montages sans le consentement des personnes dans le but de nuire à leur réputation.

Les comptes mis en cause sur les réseaux sociaux ont fait l’objet d’un signalement à Net écoute, la ligne d’appel nationale contre le cyber harcèlement, et à la justice. La Direction académique du Haut-Rhin a transmis les informations disponibles et les plus précises possible au parquet de Mulhouse.

Des comptes désormais inactifs

A la connaissance des services du rectorat de l’académie de Strasbourg, les comptes signalés sont inactifs à ce jour.

Les victimes et leurs familles ont immédiatement été prises en charge par les établissements. Et ont été encouragées à porter plainte.

La brigade de prévention de la délinquance de la jeunesse a été prévenue du phénomène, de même que l’ensemble des familles des enfants scolarisés.

Les élèves ont, eux, été sensibilisés aux risques, pour les victimes et vis-à-vis de la justice, de participer activement ou passivement à ce phénomène.