«Alerte excision», la campagne qui veut sensibiliser les adolescentes aux dangers de la mutilation sexuelle

MUTILATIONS Une campagne a été lancée lundi afin de sensibiliser les adolescentes à ces violences qui touchent près de trois millions de jeunes filles chaque année dans le monde...

20 Minutes avec agences

— 

Une femme devant une affiche anti-excision à Abidjan, en 2005.
Une femme devant une affiche anti-excision à Abidjan, en 2005. — KAMBOU SIA / AFP

Trois adolescentes sur dix résidant en France sont menacées de mutilations sexuelles, notamment lors de vacances dans le pays d’origine de leurs parents. C’est ce qu’affirme le réseau d’associations Excision, parlons-en ! qui a lancé lundi 5 février une grande campagne baptisée « Alerte excision ».

A partir de mardi – Journée internationale contre les mutilations sexuelles – et jusqu’à fin juin, une vidéo de sensibilisation sera publiée sur les réseaux sociaux et des affiches au slogan « Tu pensais partir en vacances ? » seront visibles aux abribus des grandes villes de France.

« Le but de la campagne est de mettre la puce à l’oreille et de dire aux jeunes femmes ''tu es peut-être à risque ou bien c’est ta voisine, ta copine, ta cousine'' », explique Marion Schaefer, déléguée générale de l’association. Pour elle, l’objectif est de « susciter le déclic auprès des professeurs ou infirmières scolaires ».

60.000 excisées en France

« Le problème de l’excision s’est déplacé. Dans les années 1980, les petites filles étaient menacées, puis il y a eu des campagnes de prévention, des premiers procès retentissants », raconte Marion Schaefer. « Aujourd’hui, la vigilance est plus grande pour cette tranche d’âge et ce sont davantage les ados qui sont à risque. »

En France, le nombre de femmes excisées est estimé à 60.000. Cette pratique est interdite et passible d’emprisonnement. Le site de l’association va mettre à disposition un chat numérique pour permettre « aux jeunes de s’informer de façon anonyme et gratuite auprès de professionnelles ».