Prostitution: «En Suède, on préfère confier des enfants à un homme violent et toxicomane plutôt qu'à une pute»

INTERVIEW La réalisatrice Ovidie a réalisé un documentaire, diffusé ce mardi sur Arte, sur un fait divers suédois emblématique de la perception de la prostitution dans la société...

Propos recueillis par Laure Cometti
— 
Ovidie, actrice et réalisatrice française.
Ovidie, actrice et réalisatrice française. — BALTEL/SIPA
  • La réalisatrice Ovidie a réalisé un documentaire sur Eva-Marree Smith Kullander, assassinée par son ex-compagnon devant l’un de leurs deux enfants en 2013.
  • Après avoir quitté cet homme violent, elle s’était temporairement prostituée et les services sociaux lui avaient retiré ses enfants sur simple dénonciation.
  • Pour Ovidie, cette affaire illustre les dérives de la lutte contre la prostitution en Suède.

« Jasmine Petite », tuée dans l’indifférence dans son pays, la Suède, fait l’objet d’un documentaire diffusé ce mardi soir, à 23h45, sur Arte (et disponible en replay jusqu’au 7 avril). Le 11 juillet 2013, Eva-Marree est mortellement poignardée par le père de ses deux enfants, devant leur fils, dans les bureaux des services sociaux suédois. La jeune femme avait quitté ce compagnon violent quelques années plus tôt, en emmenant les enfants. Mais après avoir été escort girl pendant deux semaines pour faire face à des difficultés financières, les services sociaux lui avaient retiré la garde de ses enfants sur simple dénonciation. À travers le destin tragique de cette mère de famille et éphémère travailleuse du sexe, la réalisatrice Ovidie dénonce dans Là où les putains n’existent pas les dérives d’un modèle suédois qui stigmatise selon elle les travailleurs du sexe et particulièrement les prostituées.


Comment avez-vous appris l’histoire d’Eva Marree ?

J’en ai entendu parler par des réseaux de militants pour les droits des travailleurs du sexe. J’ai vu que des rassemblements avaient lieu devant plusieurs ambassades suédoises dans le monde et que le hashtag #JusticeforJasmine [du pseudo qu’Eva-Marree avait adopté pour ses activités d’escort girl] était relayé sur Twitter. Ce qui m’a surprise, c’est que le seul pays dans lequel on ne parlait pas du tout de cette affaire, c’était la Suède. Il n’y avait rien, sauf dans la presse locale où la mort d’Eva-Marre était traitée comme un « drame conjugal ». Mais on ne parlait pas du contexte, ni du lieu du crime, survenu dans les locaux des services sociaux, ni du combat de cette femme face à l’administration suédoise, à qui on retiré la garde de ses deux enfants parce qu’elle avait été pute, pour les confier à leur père violent, toxicomane.

Cela a-t-il été facile de tourner ce documentaire en Suède, sur ce sujet ? Vous indiquez dans le générique final que les services sociaux ne vous ont pas répondu.

Le tournage a été compliqué, c’était l’omerta. On a passé un an à faire des allers-retours entre la France et la Suède. On a sollicité les travailleurs sociaux à de très nombreuses reprises, ils ne nous ont jamais répondu. Ils ne répondent pas non plus aux parents d’Eva-Marree, qui n’ont pas pu voir leurs petits-enfants depuis l’assassinat d’Eva-Marree. C’est le silence radio. Il y a une volonté d’étouffer l’affaire qui va très loin : il n’y a pas eu d’enquête au sein des services sociaux et aujourd’hui les parents d’Eva-Marree ne savent pas où sont leurs petits-enfants, qui ont été placés en famille d’accueil après que leur père a tué leur mère [il a été condamné à 18 ans de prison]. D’ailleurs je doute que mon documentaire soit diffusé un jour en Suède. C’est la pensée magique : ce qu’on ne voit pas n’existe pas. La prostitution n’est plus dans la rue en Suède donc on fait comme si elle n’existait plus et que la pénalisation fonctionnait bien. C’est pour cela que le documentaire s’appelle « Là où les putains n’existent pas ».

Ce qui me tue dans cette histoire, c’est qu’au nom des droits de l’enfant et des droits des femmes, on a privé des enfants de leur mère pendant quatre ans, on les prive de leurs grands-parents depuis huit ans, et on a détruit la vie d’une femme parce qu’elle avait été travailleuse du sexe.

Vous décrivez un État pourtant loué comme un modèle de démocratie, où les services sociaux ont préféré confier des enfants à un père violent plutôt qu’à une mère responsable, parce qu’elle s’était prostituée. Comment expliquez-vous cette attitude de l’administration suédoise ?

On a une vision de la Suède comme un pays où la sexualité est libérée, on pense 3615 ULA, mais ce n’est pas du tout ça ! Après une parenthèse éclair de libération sexuelle, les conservateurs luthériens et les féministes se sont alliés pour lutter contre la pornographie, la prostitution, les représentations sexualisées dans les médias et les publicités.

La Suède a été le premier pays à appliquer une loi de pénalisation des clients de prostituées, dès 1999 [en France c'est le cas depuis 2016]. En théorie, les clients sont sanctionnés et les prostituées accompagnées, mais en réalité, les premiers se voient infliger des amendes mais jamais la peine de prison prévue par la loi, tandis que les secondes ont vu leur situation empirer. Si elles refusent d’arrêter la prostitution, les services sociaux leur retirent leurs enfants sans intervention de la justice. Si elles louent un logement résidentiel, le propriétaire est considéré comme un proxénète, même si elles ne travaillent pas dans cet appartement. Une prostituée n’a pas le droit de vivre avec un homme majeur. On les encourage à suivre de thérapies de rééducation. Tout est fait pour les isoler.

Comment pensez-vous que ce fait divers suédois peut faire écho en France ?

J’aimerais qu’on écoute un peu plus la parole des travailleurs du sexe, qu’on ne les considère pas comme inadaptés ou malades mentaux et qu’on s’interroge sur la stigmatisation de ceux qui travaillent dans la prostitution, le porno, le strip-tease… Et qu’on réfléchisse à cette dichotomie entre la maman et la putain.

Je n’ai aucun espoir. Je suis constamment stigmatisée, présentée partout comme une actrice porno alors que ça fait 18 ans que je réalise des films. Mais je serai vue comme cela toute ma vie et c’est le lot de toutes les travailleuses du sexe : même si on arrête, on reste marqué au fer rouge toute notre vie. Or cette stigmatisation peut mener jusqu’à la mort, on l’a vu avec la série de suicide d’actrices porno aux Etats-Unis ou la mort d’Eva-Marree. C’est la stigmatisation qui l’a détruite : on l’a jugée et on lui a pris ses enfants parce qu’elle a eu cinq clients.