C'est l'heure du BIM: Coup de froid, Macron en Corse et panique à Wall Street

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)…

M.C.

— 

De la neige à Strasbourg en 2010 (illustration).
De la neige à Strasbourg en 2010 (illustration). — G.Varela / 20 Minutes

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

La moitié du pays affronte la neige et le grand froid

Première vraie incursion de l’hiver après deux mois d’une douceur exceptionnelle. L’assaut des éléments devrait s’intensifier ce mardi et affecter presque la moitié de la France, avec verglas et neige en plaine jusqu’en région parisienne, et des températures glaciales qui ont conduit 22 départements à activer leurs plans « grand froid ». C’est autour d’un axe allant des Pays de Loire et du Poitou aux Ardennes en passant par l’Ile-de-France que les quantités de neige à venir seront les plus conséquentes, selon Météo-France, qui a maintenu mardi matin 35 départements en vigilance orange neige et verglas jusqu’à mercredi 6h.

>> A lire aussi : 22 départements placés en «alerte grand froid» pour l'hébergement des sans-abri

Comment Emmanuel Macron va tenter de déminer le dossier corse

« On attend beaucoup de la visite d’Emmanuel Macron ». Le député nationaliste corse Jean-Félix Acquaviva insiste bien sur l’adverbe. Le président de la République se rendra mardi en Corse, pour la première fois depuis son élection. Pendant la campagne présidentielle, certains propos du candidat d’En marche avaient pu flatter les nationalistes corses, élus à la tête de l’exécutif en décembre. Des espoirs douchés par le gouvernement qui s’engage dans un bras de fer politique délicat mais inévitable.

>> A lire aussi : La veuve du préfet Erignac assistera à l'hommage pour son mari à Ajaccio

Vent de panique à Wall Street, le Dow Jones plonge de 1.000 points

Ce n’est pas le loup mais le plouf de Wall Street. Un mouvement de panique a saisi la Bourse américaine lundi, où l’indice vedette de la place new-yorkaise a drastiquement chuté après plusieurs mois d’euphorie boursière régulièrement saluée par le président Donald Trump.