Les agriculteurs annoncent des blocages à Montauban, Auch et Toulouse cette semaine

ZONES AGRICOLES Mobilisés depuis plusieurs jours sur la question des « zones défavorisées », les agriculteurs d’Occitanie annoncent des actions pour maintenir la pression avant un rendez-vous mercredi au ministère de l’Agriculture

Béatrice Colin
— 
Lors de la manifestation des agriculteurs le 31 janvier à Toulouse.
Lors de la manifestation des agriculteurs le 31 janvier à Toulouse. — P. Pavani / AFP
  • La rocade de Montauban (A20) est bloquée depuis une semaine par les agriculteurs du Tarn-et-Garonne.
  • Les agriculteurs demandent une révision de la carte des zones défavorisées et la réintégration d’un millier de communes. Elles conditionnent le versement de l’indemnité compensatoire de handicaps naturels.

Depuis une semaine, l'autoroute A20, qui sert de rocade à la ville de Montauban, est bloquée par des agriculteurs en colère. Ces derniers reprochent au gouvernement la révision de la carte des zones défavorisées, qui prévoit d’exclure près d’un millier de communes de l’Occitanie et priverait de nombreux exploitants de l’indemnité compensatoire de handicaps naturels.

Et la réunion de vendredi dernier au ministère de l’Agriculture n’a pas calmé les troupes. Selon les Jeunes agriculteurs et la FRSEA d'Occitanie, la phase de négociation a été très compliquée. Et si le représentant de l’Etat a retenu certains critères qui permettraient de réintégrer certaines zones, aucune carte n’a été présentée.

Zone agricole à défendre

En attendant un nouveau rendez-vous avec Stéphane Travert mercredi, les syndicats agricoles maintiennent la pression dans le Sud-Ouest.

La rocade de Montauban, bloquée depuis lundi par des agriculteurs qui se relaient nuit et jour, le restera encore ce lundi. Les agriculteurs y ont installé symboliquement une ZAD, pour zone agricole à défendre.

La mobilisation s’étendra au Gers. Un blocus autour de la ville d’Auch est prévu ce lundi 5 février, entre 8h30 et 16h. Selon la préfecture, les quatre ronds-points qui desservent les accès à la capitale de la Gascogne seront fermés par la présence de tracteurs. Les autorités invitent à éviter les déplacements dans ce secteur.

La commune de Toulouse sera aussi concernée mercredi. Après la manifestation du 31 janvier, plusieurs dizaines de tracteurs devraient déferler le 7 février sur la Ville rose et la FDSEA de Haute-Garonne annonce un blocage progressif. Qui ne devrait être levé que si la délégation reçue au ministère de l’Agriculture obtient des avancées.

Le département est l’un des plus concernés par l’exclusion de certaines communes de la carte des zones défavorisées. Selon Amaury de Faletans, secrétaire général de la FDSEA Haute-Garonne, elle va faire perdre « de 6 à 12.000 euros chaque année à des exploitants agricoles ».