Lyon: Le président de la métropole David Kimelfeld enfariné, une enquête en cours

FAITS DIVERS Un « attentat pâtissier » qui aurait été organisé par des militants mobilisés contre la fermeture des squats occupés par des migrants…

Elisa Frisullo

— 

Le président de la métropole de Lyon David Kimelfeld.
Le président de la métropole de Lyon David Kimelfeld. — Elisa Riberry / 20 Minutes

Le site d’informations libertaires Rebellyon n’a pas hésité à publier les clichés de « l’attentat pâtissier », relayés ce vendredi sur la toile. Vers 17h30 jeudi, alors qu’il sortait de la maison de l’environnement, située dans le VIIe arrondissement de Lyon, le président de la métropole David Kimelfeld a été enfariné.

Selon la police lyonnaise, qui fait état de cette affaire ce vendredi, deux individus se sont présentés face à lui pour « l’agresser », en lui jetant de la farine au visage puis ont pris la fuite. Une enquête a été ouverte pour des faits de « violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Une réaction au plan voté pour sécuriser les bâtiments vides

Cette attaque pâtissière à l’encontre du maire du 4e arrondissement de Lyon serait le fait de militants mobilisés contre l’expulsion des squats occupés dans la métropole lyonnaise par des migrants, outrés par une mesure adoptée la semaine dernière lors du conseil métropolitain.

Le 23 janvier, les élus avaient en effet voté un plan de 1,8 million d’euros pour des « prestations de télésurveillance et interventions sur les bâtiments et immeubles inoccupés de la métropole de Lyon ». Autrement dit, pour sécuriser les bâtiments vides de la métropole et éviter toute tentative d’occupation.

Des élus de l’opposition avaient alors estimé qu’il serait plus judicieux de mettre ces locaux inoccupés à disposition des associations pour créer de nouveaux hébergements d’urgence, insuffisants dans la métropole pour mettre à l’abri les plus démunis.