Lyon: Le projet de la future autoroute A45 a du plomb dans l'aile

INFRASTRUCTURES Le conseil d'orientation des insfrastructures a remis ses préconisations à la ministre des Transports et juge que la réalisation de l'autoroute peut attendre...

C.G.

— 

Projet autoroute A45 Saint-Etienne-Lyon
Projet autoroute A45 Saint-Etienne-Lyon — Google map

Le rapport était attendu de pied ferme par les défenseurs du projet. Mais aussi ses opposants. Le conseil d’orientation des infrastructures (COI), mandaté pour étudier la réalisation de grands projets d’infrastructures en France, a remis ses préconisations à la ministre des Transports ce jeudi matin.

Il a estimé que le projet d'autoroute A45 reliant Saint-Etienne à Lyon, n’avait aucune urgence. Et conseille au gouvernement d’attendre les conclusions d’un grand débat sur les transports dans la région lyonnaise, en 2019, et d’étudier une alternative « acceptable par tous ».

>> A lire aussi : Autoroute A45 Lyon-Saint-Etienne: Le monde économique lance un collectif pour mettre la pression sur l'Etat

La balle dans le camp de la ministre

La balle est désormais dans le camp d’Elisabeth Borne, qui n’a toujours pas paraphé le contrat de réalisation. Le document, prêt depuis plusieurs mois, n’attend plus que sa signature pour que la réalisation de l’autoroute, confiée à Vinci, soit lancée. Reste à savoir si elle se rangera derrière l’avis du conseil ou si elle entendra les arguments avancés par les décideurs économiques de la région lyonnaise.

A45 : Craignant de voir le projet enterré, le maire de Saint-Etienne demande à l’Etat de « tenir parole »

Le maire de Saint-Etienne, favorable au projet, a immédiatement réagi. « Je rappelle à Monsieur Duron (le président du COI) que l’enquête publique a déjà eu lieu. On en est plus à débattre. Ce serait un mépris pour notre territoire » a estimé Gaël Perdriau.

Par ailleurs, le COI a également préconisé de « remettre à beaucoup plus tard » le contournement autoroutier de Lyon. Au sujet de la ligne Lyon-Turin, l’organisme suggère aussi d’abandonner l’idée de construire une nouvelle ligne entre Lyon et le tunnel (prévu pour 2030) mais de renforcer à la place la ligne existante entre Dijon et Modane pour le fret.