Brest : Nouvelle action des agriculteurs devant des grandes surfaces

AGRICULTURE Le monde agricole fait monter la pression alors que des négociations sont en cours avec la grande distribution…

J.G. avec AFP
— 
Illustration d'un parking de supermarché saccagé par des agriculteurs à Rennes en juillet 2015.
Illustration d'un parking de supermarché saccagé par des agriculteurs à Rennes en juillet 2015. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La colère monte dans le monde agricole. Mercredi soir, plusieurs dizaines d’agriculteurs ont mené des actions coup de poing devant des grandes surfaces à Brest, déversant des remorques entières de détritus sur les parkings. « Ils ont tout saccagé, je ne sais pas s’ils pourront rouvrir demain », a indiqué la police, précisant qu’il n’y avait eu aucune interpellation. « Ils avaient masqué les plaques d’immatriculation de leurs tracteurs et étaient cagoulés », selon la même source.

Les agriculteurs s’en sont pris à un Géant Casino et un Carrefour de Brest, ainsi qu’à un Lidl de Plabennec (Finistère). Ces actions interviennent alors que le gouvernement a présenté mercredi un projet de loi censé mettre fin à la guerre des prix entre distributeurs, et redonner un peu d’air aux agriculteurs. Des négociations commerciales sont également en cours entre les secteurs de la distribution, de l’agroalimentaire et les producteurs agricoles.

Les agriculteurs se sentent floués

Mardi, une cinquantaine d’agriculteurs avait mené une action de contrôle des prix et des étiquetages dans une grande surface de la périphérie de Rennes afin de faire pression sur ces négociations. « Nous ne sommes pas là pour casser le magasin, ce ne serait pas bon en terme d’image, mais pour commencer à mettre la pression et faire passer un message, celui d’un métier en perpétuelle promotion. On sent qu’on est un peu floués », a indiqué Loïc Guines, président de la FDSEA d’Ille-et-Vilaine.

>> A lire aussi : Et si le salut des agriculteurs était entre les mains des consommateurs?

« Certains agriculteurs sont résignés et ne croient plus aux belles paroles, mais la colère peut monter et des blocages ne sont pas à exclure dans les prochaines semaines », a-t-il annoncé.