Lyon : La Commune, un nouveau lieu de vie inclassable pour découvrir des chefs et se divertir

Gastronomie « La Commune », où seront accueillis des chefs en résidence, ouvrira le 20 mars dans le 7e arrondissement de Lyon…

Dylan Munoz

— 

Image 3D projet La Commune
Image 3D projet La Commune — La Commune
  • La Commune doit ouvrir le 20 mars rue du Pré-Gaudry à Lyon, à deux pas de la place Jean-Macé.
  • Nouveau lieu de vie totalement inclassable, la Commune accueillera notamment de jeunes chefs en résidence dont les plats pourront être dégustés chaque jour par le public.
  • Des concerts, des marchés de producteurs, des bals ou des activités pour enfants seront proposés régulièrement dans cet antre de la bonne bouffe.

Il n’existe aucun lieu similaire à Lyon. Le 20 mars, La Commune ouvrira ses portes dans le 7e arrondissement. Alors que le chantier touche à sa fin, Deborah Hirigoyen, Damien Beaufils et Damien Doublet, les créateurs du site, ont présenté cette semaine les contours de ce futur établissement, imaginé dans les bâtiments d’une ancienne menuiserie familiale. Un lieu de vie « populaire » et inclassable, où la gastronomie occupera une place essentielle.

Un tremplin pour les entrepreneurs culinaires

Burger fait maison, bar à Brioches et même une cuisine à base d’insectes et de légumes. Ce dernier, en partenariat avec l’institution Paul Bocuse, ancre un peu plus La Commune dans l’inattendu. « On recherche une alternative pour la cuisine de demain. Ce sont un mélange d’insectes comestibles, qu’on appelle fruits de la terre, qu’on broie, qu’on réduit en poudre et qu’on mélange à des légumes », expliquent Adrien Lamblin et Charlotte Allix, les cofondateurs du concept Les Fruits de Terre.

Adrien Lamblin et Charlotte Allix, les co-fondateurs de Fruits de Terre. Et leur création à base d'insectes et de légumes.
Adrien Lamblin et Charlotte Allix, les co-fondateurs de Fruits de Terre. Et leur création à base d'insectes et de légumes. - Dylan Munoz

Ils feront partie des quinze cuisiniers à être accueillis en résidence pendant un an pour faire découvrir au public leurs créations. Un véritable tremplin pour ces jeunes entrepreneurs sélectionnés par un jury, dont fait parti Patrick Chabassier, chef formateur chez Bocuse et directeur de cuisine à La Commune. Pour s’installer dans l’une des quinze échoppes du site, ces derniers devront verser une redevance de 5000 euros par mois. « Rien en comparaison des coûts engendrés par l’ouverture de son propre restaurant », estime Damien Doublet.

Les restaurateurs auront carte libre pour proposer chaque jour un plat différent. Les clients pourront déambuler dans les différentes échoppes et se laisser tenter par le repas (entre 10 et 12 euros) de leur choix. Une fois à table, un conseiller viendra guider les convives sur la boisson à adopter pour marier au mieux les saveurs.

Un lieu de culture et de découverte

Solène Faure, responsable de la programmation culturelle donne un aperçu des envies de La Commune pour son ouverture. « Ce seront des événements changeants avec une programmation évolutive et programmable ». Toujours en adéquation avec l’envie de faire découvrir la scène lyonnaise de demain. « Il y aura des concerts gratuits de jeunes artistes lyonnais, des marchés de producteurs locaux […] entre autre Bal populaire et activités du mercredi pour les enfants ».

Ce qui a « commencé autour d’un verre avec Deborah (Hirigoyen) », explique Damien Beaufils, s’est transformé en aventure dans une ville « jeune, grandissante et dont la moitié n’a pas 30 ans », ajoute Myriam Picot, la maire du 7e arrondissement de Lyon, visiblement séduite par ce futur lieu de vie. Un site dont la création a nécessité un investissement de 2.7 millions d’euros financés par les trois concepteurs et le groupe Chevrillon.