20 Minutes : Actualités et infos en direct
DU FOINLes agriculteurs bloquent toujours Montauban et visent Toulouse mercredi

VIDEO.Montauban: Les agriculteurs bloquent toujours la ville et visent Toulouse mercredi

DU FOINLa grogne des agriculteurs se poursuit à Montauban. L’A20 vers Paris et l’A62 vers Toulouse sont très perturbées ce mardi. Et le vent de colère doit atteindre Toulouse mercredi…
Une manifestation agricole. Illustration.
Une manifestation agricole. Illustration. - J.-M. David - Sipa
Hélène Ménal

H.M.

«Nous ne lâcherons rien ! » assurent les agriculteurs du Tarn-et-Garonne. Et les automobilistes qui ont tenté de rallier Montauban ou d’en sortir ce mardi s’en sont aperçus. Après une nuit sans sommeil, les blocages routiers sur l’A20 vers Paris et sur l’A62 vers Toulouse se poursuivent.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies



Et, à moins d’une sortie de crise proposée par les autorités, la grogne devrait gagner la Ville rose mercredi. « Nous rentrons en action pour toute cette semaine, avec pour cible les infrastructures de l’Etat », annoncent la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) et les Jeunes agriculteurs (JA 31).

Le point d’orgue de cette mobilisation est annoncé pour ce mercredi à Toulouse, avec une opération escargot très matinale sur la rocade. La préfecture annonce de très fortes perturbations toute la journée, à la fois sur la rocade et dans le centre-ville. Elle appelle à éviter « les axes concernés », bref, elle conseille de ne pas venir à Toulouse.

Zones défavorisées

Ils contestent la réforme de la carte des Zones soumises à contraintes naturelle (ZSCN), comme la montagne par exemple, dont 1.058 communes de la région devraient être exclues.

Leurs exploitants vont donc perdre leur « indemnité compensatoire de handicap naturel ». Or, « elle représente entre 7.000 et 12.000 euros par an et par paysan », précisent les syndicats.

Sujets liés