VIDEO. Aveyron: Le chef l’avait demandé… Le restaurant 3 étoiles de Sébastien Bras retiré du Michelin

GASTRONOMIE L’édition 2018 du guide Michelin sera dévoilée lundi. Sans le restaurant 3 étoiles Le Suquet de Laguiole, à la demande du chef Sébastien Bras…

N.S. avec AFP
— 
Sébastien Bras, le chef du Suquet, restaurant de Laguiole dans l'Aveyron.
Sébastien Bras, le chef du Suquet, restaurant de Laguiole dans l'Aveyron. — R. Gabalda / AFP
  • Selon le guide Michelin, c’est la première fois qu’une telle demande publique est faite.
  • Pour le restaurateur Sébastien Bras, il s'agit d'une décision familiale.

Lorsque le chef Sébastien Bras avait demandé en septembre 2017 de voir son restaurant de Laguiole, dans l’Aveyron, retiré du Michelin, le guide avait indiqué qu’un tel retrait n’était pas « automatique ». Désormais, c’est certain : le Suquet ne figurera pas dans l’édition 2018, qui sera publiée lundi.

 

 

>> A lire aussi : Coup de théâtre, le célèbre chef Sébastien Bras renonce à ses étoiles Michelin

« Il nous paraissait difficile de faire figurer dans le guide un restaurant qui a clairement indiqué qu’il ne souhaitait pas y figurer, qu’il ne souhaitait pas faire partie de la grande famille des étoilés Michelin », a expliqué Claire Dorland-Clauzel, membre du comité exécutif du groupe Michelin, pour qui ce cas de figure est « une première ».

Une histoire de « grande pression »

Sébastien Bras « a indiqué que c’était une décision familiale, mûrement réfléchie. Il dit lui-même qu’il entre dans une nouvelle étape de sa vie. Nous respectons une décision familiale », a-t-elle poursuivi.

Voici quatre mois, le chef de 46 ans, à la tête depuis 10 ans de ce restaurant familial triplement étoilé depuis 1999, avait exprimé son souhait de ne plus figurer dans le Michelin, en invoquant la « grande pression » occasionnée par cette distinction.

« C’est la première fois que nous avons une demande publique de cette sorte. Il y a eu des fermetures de restaurant, des chefs qui ont décidé de faire autre chose, de changer de concept », a expliqué Claire Dorland-Clauzel.

Elle a cité le cas d’Alain Senderens, qui en 2005 au Lucas Carton à Paris, avait renoncé aux trois étoiles, souhaitant « troquer le bar contre la sardine » et un « service moins ampoulé », mais était resté dans le guide avec une étoile de moins. Ou encore celui d’Olivier Roellinger qui en 2008 avait fermé son restaurant trois étoiles à Cancale (Ille-et-Vilaine), affirmant ne plus avoir la condition physique nécessaire et vouloir partager sa cuisine « autrement ».

>> A lire aussi : C'est quoi, le secret du succès du gâteau à la broche?

Selon, Claire Dorland-Clauzel, ce retrait a été accepté après une longue réflexion et ne devrait pas faire d’émules. « Il y a bien plus de gens qui veulent rentrer dans le guide que l’inverse. »

« Beaucoup de chefs se sont exprimés pour dire que figurer au guide Michelin, c’est une reconnaissance, un honneur, un boost énorme pour l’établissement, en notoriété, en chiffre d’affaires. »

Quant à la « pression » évoquée par Sébastien Bras, Claire Dorland-Clauzel a estimé qu’il s’agissait d’un sentiment « très personnel » : « pour certains chefs c’est au contraire une motivation ». « La pression est vraiment liée à l’excellence. C’est vrai que c’est un métier difficile. Tous les jours, midi et soir, les clients se font juges de l’assiette. »

>> A lire aussi : Plus d'un millier de personnes venues dire un dernier au revoir à «Monsieur Paul»

Elle a indiqué que les inspecteurs du guide Michelin évaluaient les tables en fonction de critères liés à la qualité de l’assiette. « Michelin n’évalue ni le service, ni la vaisselle, ni le décor. On ne demande aucun investissement. La politique d’investissement et de prix, c’est celle des chefs. »