VIDEO. La mère de Maëlys implore une nouvelle fois Nordahl Lelandais de dire la vérité

DOULEUR Elle a posté un message à l'occasion des cinq mois de la disparition de la petite fille, enlevée au mois d'août lors d'une soirée de mariage...

C.G.
— 
Lyon, le 29 septembre 2017. Les parents de Maëlys ont pris pour la première fois la parole, un mois après la disparition de leur fillette de 9 ans.
Lyon, le 29 septembre 2017. Les parents de Maëlys ont pris pour la première fois la parole, un mois après la disparition de leur fillette de 9 ans. — E.Frisullo/ 20 Minutes

« Pourquoi toi, ma princesse ? » « Comment peut-on s’en prendre à une enfant innocente ? » Autant de questions qui traduisent la douleur d’une mère de famille. Et l’incompréhension. Cinq mois après la disparition de la petite Maëlys, sa maman a posté à nouveau un émouvant message sur son profil Facebook, comme elle l'avait fait au mois de novembre. Une vidéo dans laquelle défilent les photos de la fillette à tous les âges de sa vie.

On y voit l’enfant partageant des moments très complices avec sa sœur ou ses parents tandis que la voix de Grégoire fredonne « Aucune douleur n’est plus forte que toi/Et j’ai beau me redire/Que tout ça passera/J’ai beau tenter de fuir/Tout ça ne passe pas/Et je me sens tomber. »

« Ce monstre a gâché notre vie »

Au-dessus de la vidéo, la maman de Maëlys s’adresse directement à sa fille, en écrivant un message sans équivoque, dans lequel elle implore une nouvelle fois Nordahl Lelandais, mis en examen pour le meurtre de l’enfant, de dire « ce qu’il s’est passé ce soir-là ».

« Ce monstre nous a gâché notre vie et il continue à nous faire souffrir dans son silence », lâche-t-elle en préambule. Avant d’ajouter pour étayer ses propos : « Nous sommes capables, compte tenu des éléments accablants du dossier auxquels nous avons eu accès et de toutes les contradictions du mis en examen, de nous forger notre conviction. »

Alain Jakubowicz en prend également pour son grade

Alain Jakubowicz, l’avocat du suspect, n’est pas épargné non plus. « Si son avocat avait du respect envers toi, Maëlys, et la moindre empathie envers nous, tes parents, ta sœur, il demanderait au suspect de dire ce qu’il s’est vraiment passé cette nuit-là », insiste-t-elle. Et de conclure quelques lignes plus tard : « Nous avons fait une vidéo en ton honneur : comme nous étions heureux tous ensemble. »

Maëlys a disparu dans la nuit du 26 au 27 août alors qu’elle assistait à un mariage en compagnie de sa famille.