«J'ai quitté la France à cause des menaces», reconnaît David Thomson, journaliste spécialiste du djihadisme

MEDIAS Dans une interview au «Figaro», le journaliste reconnaît qu’il a été sous surveillance policière à cause des risques qu’il courrait…

D.B.

— 

David Thomson, le 4 juillet 2017 à Paris.
David Thomson, le 4 juillet 2017 à Paris. — Eric FEFERBERG / AFP

C’est une confession qui fait froid dans le dos. David Thomson, le journaliste spécialiste du djihadisme, explique dans une interview publiée dans  Le Figaro ce dimanche, avoir dû quitter « la France à cause de menaces ».

Celui qui a été journaliste à 20 Minutes, puis correspondant en Tunisie pour RFI, a une expertise reconnue sur le djihadisme. Il a même obtenu le prix Albert Londres. « Je ne sais pas si l’on peut s’habituer aux menaces de mort. Elles ont commencé début 2013, quand j’étais correspondant en Tunisie pour RFI, à cause du début de l’opération Serval au Mali. Ensuite, chaque année, ma situation sécuritaire s’est dégradée. À partir de l’été 2016, les menaces de mort se sont intensifiées, de plus en plus personnalisées et circonstanciées », explique-t-il au quotidien, en dévoilant son exil forcé aux Etats-Unis.

« La pression en France était devenue trop forte »

Le journaliste raconte aussi comment il a appris qu’il avait été place sous protection policière, par un appel lorsqu’il était à la terrasse d’un café.

« Nous sommes une quinzaine de civils dans ce cas en France. J’ai fait la connaissance d’officiers de sécurité extraordinaires. L’un d’entre eux m’a dit tout au début : "Nous sommes là pour prendre une balle pour vous" », déclare-t-il. « Durant mon travail en France, j’ai rencontré des djihadistes qui sont chauffeurs de taxi, agents de sécurité et même auxiliaires de police au guichet d’un commissariat. Il m’est arrivé d’en recroiser certains par hasard. La pression en France était devenue trop forte », poursuit-il, déclarant avoir démarré un « nouveau cycle journalistique » aux Etats-Unis.