Attentats du 13-Novembre: Selon une lettre qui lui est attribuée, Salah Abdeslam voulait actionner sa ceinture explosive

TERRORISME La ceinture de Salah Abdeslam, qui doit être jugé en Belgique à partir du 5 février pour une fusillade intervenue au cours de sa cavale, constitue une des zones d’ombre de l’enquête…

B.C. avec AFP

— 

Salah Abdeslam, repéré par une caméra de surveillance à Molenbeek en 2014.
Salah Abdeslam, repéré par une caméra de surveillance à Molenbeek en 2014. — AP/SIPA

Un texte attribué à Salah Abdeslam, retrouvé dans un ordinateur en Belgique, évoque sa volonté d’actionner sa ceinture explosive lors des attentats du 13-Novembre, dont il est le seul membre des commandos jihadistes encore vivant, selon France Inter.

Ce texte, non daté, a été exhumé par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) d’un ordinateur retrouvé dans une poubelle près de la planque utilisée par le commando ayant commis les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles.

« Allah en a décidé autrement »

Se présentant comme « Abu Abderrahman », l’auteur de la lettre y écrit qu’il a « participé à la première attaque » et qu’il n’a pas pu utiliser sa ceinture explosive car elle était défectueuse, selon la radio.

« Bien que j’aurai voulu être parmi les shahid (martyrs, ndlr), Allah en a décidé autrement […] et j’ai réussi à rejoindre le reste des frères car il y avait un défaut dans ma ceinture », indique son message retranscrit en partie sur le site internet de France Inter.

Une ceinture au centre de l’enquête

La ceinture de Salah Abdeslam, actuellement détenu en France et qui doit être jugé en Belgique à partir du 5 février pour une fusillade intervenue au cours de sa cavale, constitue une des zones d’ombre de l’enquête.

Une expertise avait déterminé qu’elle était défectueuse mais ceci ne permettrait pas de savoir s’il avait ou non tenté de l’actionner le 13 novembre 2015, lors des attentats de Paris et de Saint-Denis qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés.

Il l’avait abandonnée à Montrouge (Hauts-de-Seine) dans la nuit du 13 au 14 novembre.

Dans son message, Salah Abdeslam explique qu’il a songé à se rendre en Syrie après les attentats mais que « la meilleure chose à faire était de finir le travail ici avec les frères. »

« J’aimerais juste pour l’avenir être mieux équipé avant de passer à l’action », prévient-il dans cette lettre.