Obsèques de Paul Bocuse: Plus d'un millier de personnes venues dire un dernier au revoir à «Monsieur Paul»

HOMMAGE Si plus d’un millier de personnes, proches, amis ou collaborateurs de Paul Bocuse, ont assisté à ses obsèques dans la cathédrale Saint-Jean de Lyon, des centaines d'autres sont restées à l’extérieur pour lui dire adieu…

Caroline Girardon
— 
Près de 600 personnes sont rassemblées autour de la cathédrale Saint-Jean pour assister de l'extérieur, aux obsèques de Paul Bocuse. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/ AFP
Près de 600 personnes sont rassemblées autour de la cathédrale Saint-Jean pour assister de l'extérieur, aux obsèques de Paul Bocuse. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/ AFP — AFP
  • Paul Bocuse, décédé samedi à l’âge de 91 ans, a été inhumé ce vendredi.
  • 600 badauds ont bravé la pluie pour assister à la cérémonie, retransmise sur écrans géants à l’extérieur de la cathédrale.
  • Certains ont même fait huit heures de route pour l’occasion.

La pluie, qui n’a cessé de tomber, le froid et l’humidité ne les ont pas découragés. Six cents personnes se sont rassemblées vendredi matin autour de la cathédrale Saint-Jean de Lyon, où avaient été installés deux écrans géants retransmettant la cérémonie des obsèques de Paul Bocuse, décédé samedi dernier.

>> A lire aussi : «La Saône déborde de tristesse»

« Venir ici est la moindre des choses que l’on puisse faire aujourd’hui »

« Vous savez si le cercueil est déjà dans la cathédrale ? » Dix minutes avant le début de la cérémonie, Guy se hisse sur la pointe des pieds. Le sexagénaire, habitant Corbas (Rhône), tenait absolument à être présent. « Je suis allé manger de nombreuses fois dans son restaurant pour des anniversaires en famille », argumente-t-il, se souvenant d’un homme particulièrement affable. « Il a toujours eu la gentillesse de venir nous saluer à la fin du repas. J’ai eu l’honneur de faire une photo avec lui. »

Pour lui, Paul Bocuse était avant tout « une icône ». « Comme Johnny Hallyday », résume-t-il avec « beaucoup de tristesse ». « Personne ne l’a jamais égalé. » Le mauvais temps n’a pas eu raison de son envie d’être là. « C’est la moindre des choses. C’est le minimum que l’on puisse faire pour tout ce qu’il a apporté à la grande cuisine française ».

>> A lire aussi : Macron, Cyril Lignac, Le Drian réagissent à la mort de Paul Bocuse

« Il est devenu une source d’inspiration »

Alex, un Américain de 55 ans, et son épouse ont également tenu à faire le déplacement. En vacances à Paris, le couple n’a pas hésité à prendre le premier TGV pour se rendre à Lyon vendredi. Lui est cuisinier. Il a rencontré « Monsieur Paul » en Floride à DisneyWorld. « Il était très gentil et particulièrement respectueux », se souvient-il. Et d’ajouter : « Il avait une aura incroyable. Quand il rentrait dans une pièce ou en cuisine, il se dégageait quelque chose de vraiment spécial. »

Son admiration pour le chef triplement étoilé ne date pourtant pas de cette rencontre. « Je savais déjà qui il était quand j’étais jeune. Mais quand je suis devenu chef à mon tour, il est devenu une source d’inspiration pour moi. »

Huit heures de route pour Paul Bocuse

Quelques mètres derrière lui, Marie se recueille, abritée sous son parapluie. Elle est arrivée à Lyon la veille, après avoir fait 8 heures de route. Spécialement pour Paul Bocuse. Mais cela n’a rien d’insensé pour elle. Elle est cuisinière. « Je suis tombée dans la marmite toute petite », avoue-t-elle. Il y a 11 ans, elle s’était rendue à Collonges-au-Mont-D’Or pour manger chez Paul Bocuse.

>> A lire aussi : Paul Bocuse ne voulait pas d'hommage national, comme le réclament les chefs

« Cela fait des frais mais au final, j’ai passé ce jour-là 3h30 de rêve. » Sans parler de sa rencontre avec le grand chef. « Il n’était pas du tout comme on a pu le voir à la télé. Il était tellement simple, abordable, accessible. J’en ai été très surprise et je ne savais même pas qu’il serait présent. »

Quelques minutes avant l’entrée du cercueil dans la primatiale, un étudiant libanais à l’Institut Bocuse, confie vouloir « perpétuer son héritage ». « Chef Paul est une personnalité internationale, il représente l’innovation » poursuit-il avant de conclure : « Je fais la promesse de manger prochainement la fameuse soupe aux truffes. »