Un sachet de cocaïne. Illustration.
Un sachet de cocaïne. Illustration. — Valinco / Sipa

STUPEFIANTS

Drogue: Pourquoi une cocaïne de plus en plus «pure» est importée en France

Conséquences : il y a de plus en plus d’overdoses liées à la consommation de cocaïne…

  • La cocaïne consommée en France est de plus en plus pure.
  • Les dealers s’adaptent aux consommateurs qui recherchent le produit le moins coupé possible.

De plus en plus de morts chaque année. Selon les chiffres de l’Agence du médicament, révélé par Le Parisien, davantage d’overdoses de cocaïne sont enregistrées en France. Le nombre d’intoxications à cette drogue a été multiplié par six depuis 2010 et le nombre de cas grave multiplié par huit. Quarante-quatre personnes sont décédées après en avoir pris en 2016, contre 25 en 2010. La raison ? La drogue qui circule est de moins en moins mélangée à des produits de coupe, du lactose, mais aussi de la Xylocaïne ou de la Lidocaïne. Les consommateurs, de plus en plus nombreux, recherchent le produit le plus pur possible.

>> A lire aussi : Cocaïne trop pure: «Elle peut plus facilement rendre accro les plus vulnérables»

Selon les chiffres de l’Octris (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants), 8.540 kg de cette drogue ont été saisis en 2016, soit une baisse de 21,5 % par rapport à 2015, année record où plus de 10 tonnes de blanche avaient été saisies. Mais depuis le début des années 2000, les quantités de cocaïne saisies ont fortement augmenté. Entre 1996 et 2006, les autorités ont mis la main sur 38.540 kilos de poudre. Entre 2007 et 2016, il y en a eu 72.578.

Quinze à vingt tonnes envoyées en France

La drogue provient de Colombie, du Pérou ou de Bolivie. Ces trois pays en produisent chaque année entre 1.500 et 2.000 tonnes, avait expliqué à la presse en novembre dernier le commissaire Thierry Ourgaud, adjoint au sous-directeur de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière. Entre 15 et 20 tonnes sont envoyées en France « pour satisfaire la demande des usagers ». Le prix médian du gramme de cocaïne avoisine 65 euros. Achetée en grande quantité, elle se négocie aux alentours de 34.000 euros le kilo.

>> A lire aussi : Loire-Atlantique: Près de 300 kg de cocaïne découverts sur le port de Nantes-Saint-Nazaire

« C’est une drogue extrêmement rentable, ce qui explique que beaucoup de réseaux un peu importants de cannabis investissent dans ce trafic-là », remarque le commissaire Thierry Ourgaud. L’OFDT observe, dans une note datant de décembre 2017, « une multiplication des points de ventes » de cocaïne à Bordeaux, Lille, Metz ou Rennes. L’observatoire explique que le marché des drogues est « de plus en plus concurrentiel », ce qui oblige les dealers à faire des « efforts » pour garder leur clientèle. Notamment en termes de disponibilité ou de qualité du produit.

« Importation d’une cocaïne très pure »

La cocaïne est acheminée sur le territoire principalement de deux manières. D’abord, par voie maritime, cachée dans des conteneurs au milieu de marchandises légales. C’est la technique dites du « rip off ». Elle nécessite d’avoir des complicités dans le port de départ, mais aussi d’arrivée. En France, le port du Havre est considéré comme étant une porte d’entrée majeure de la cocaïne en Europe. Elle est aussi transportée par voie aérienne, absorbée par des mules qui prennent souvent l’avion depuis la Guyane. En 2016, 592 passeurs en provenance ou en partance de Guyane ont été interpellés par les services répressifs français.

>> A lire aussi : Démantèlement d'une filière complète de cocaïne entre la Guyane et la métropole

Ces petites mains du trafic de cocaïne sont suspectées d’importer en France entre une et deux tonnes de drogue. Ces mules « concourent à la forte disponibilité du produit sur le territoire français, de même qu’à la hausse de sa pureté moyenne », explique l’OFDT. « Cet approvisionnement incluant moins d’intermédiaires et d’opportunités de coupe est à l’origine de l’importation d’une cocaïne très pure et vient en outre renforcer la pression concurrentielle pour faire grimper encore la teneur moyenne du produit circulant ».