Blocage des prisons: Un détenu, privé de douches depuis neuf jours, saisit la justice

JUSTICE Son avocat dénonce les « effets désastreux sur les détenus » du mouvement des gardiens de prison, qui est entré ce jeudi dans son onzième jour de mobilisation…

C.G. avec AFP

— 

Corbas, le 29 novembre 2017
Illustration de gardien de prison. C. Girardon/ 20 Minutes
Corbas, le 29 novembre 2017 Illustration de gardien de prison. C. Girardon/ 20 Minutes —

Un détenu du centre de Moulins-Yzeure (Allier) a déposé un recours en justice pour dénoncer les conséquences des blocages de surveillants sur les personnes incarcérées, alors que le mouvement est entré jeudi dans son onzième jour, a annoncé l'Observatoire international des prisons (OIP).

>> A lire aussi : Les gardiens grévistes menacés de sanctions, Belloubet sous le feu des critiques

Selon le document que 20 Minutes a pu consulter, le détenu indique que « depuis neuf jours », il n’a pu prendre « aucune douche », « n’a pas eu droit à des promenades » et que les poubelles de sa cellule ne sont pas collectées.

« Des effets désastreux sur les détenus »

Ce recours, un référé-liberté, a été déposé mercredi soir au tribunal administratif de Clermont-Ferrand, a indiqué à l’AFP Sylvain Gauché, l’avocat du détenu. Le tribunal doit à présent statuer sur le caractère urgent de cette requête.

« A la moindre grève dans les transports en commun, on parle de "prise d’otage" des usagers, là on a une grève qui a des effets désastreux sur les détenus, avec des problèmes de soin, d’hygiène, de formation », a commenté Me Gauché.

>> A lire aussi : Dans leurs cellules, des détenus mettent le feu à leurs matelas à Epinal

D’autant, que les détenus, rappelle l’avocat membre de l’OIP, « n’ont pas accès aux médias, il n’y a pas de micro-trottoirs pour eux, et leurs familles sont habituellement assez discrètes ».

>> A lire aussi : En Auvergne-Rhône-Alpes, les surveillants s'inquiètent de la montée de la radicalisation

Les gardiens de prison réclament de meilleures conditions de sécurité, notamment face aux détenus jihadistes ou radicalisés, des effectifs supplémentaires et une revalorisation de leurs primes. On compte 28.000 surveillants pour près de 70.000 détenus dans 188 établissements.