Lyon: Paul Bocuse ne voulait pas d'hommage national, comme le réclament les chefs

GASTRONOMIE Son fils a assuré que « Monsieur Paul » « voulait rester simple »…

C.G.

— 

Jérôme Bocuse (à droite) a précisé que son père, Paul, chef triplement étoilé au Michelin depuis 1965, ne voulait pas d'un hommage national, comme le réclament les Toques blanches lyonnaises/ AFP PHOTO / Jeff PACHOUD Lancer le diaporama
Jérôme Bocuse (à droite) a précisé que son père, Paul, chef triplement étoilé au Michelin depuis 1965, ne voulait pas d'un hommage national, comme le réclament les Toques blanches lyonnaises/ AFP PHOTO / Jeff PACHOUD — AFP

Paul Bocuse « voulait rester simple ». C’est ce qu’a indiqué son fils Jérôme, interrogé mardi au micro de RTL, précisant qu’il n’approuvait pas l’idée d'un hommage national, réclamé par les Toques Blanches Lyonnaises.

« Ce n’est pas quelque chose qui colle à sa personne », a-t-il argumenté. Il ne « voulait pas d’hommage, pas de cérémonie, pas de fleurs, pas de couronne. A la fin, il en a plus ou moins convenu mais c’est quelqu’un qui voulait rester simple », a insisté Jérôme Bocuse, qui dirige un restaurant du groupe au Parc Disney à Orlando (Floride). « On va faire du mieux qu’on peut pour respecter son souhait. »

 

>> A lire aussi : Les obsèques de Paul Bocuse auront lieu vendredi matin

Enfermé dans sa chambre, il n’avait « plus vraiment envie d’être là »

Les obsèques auront lieu vendredi matin en la cathédrale Saint-Jean à Lyon. Souffrant depuis plusieurs années de la maladie de Parkinson, le célèbre chef « souffrait » et avait « évoqué » la fin. « Pour un homme qui allait partout aux quatre coins du monde, être enfermé dans une pièce, condamné, c’était plus une vie, il avait plus vraiment envie d’être là », a confié son fils.

>> A lire aussi : Dans les allées des Halles Paul Bocuse, on se souvient avec émotion de «Monsieur Paul»

Plus la force d’aller en salle

Le « pape » de la gastronomie s'est éteint samedi à 10H00 « dans la chambre où il est né (…) au-dessus de son restaurant » de Collonges-au-Mont-d’Or près de Lyon, dans une maison où il a vécu toute sa vie. « Ces derniers temps, il était encore au contact des chefs, il n’allait plus en salle car il n’en avait pas la force mais il avait toujours son œil, la tête allait bien », a ajouté Jérôme Bocuse.

Le fils du défunt a par ailleurs souligné que le groupe « restera une famille comme l’avait imaginé » son père. « Paul Bocuse, on ne le remplacera pas. Aujourd’hui, on est encore plus soudé pour continuer dans cette voie qu’il nous a ouverte, avec son ADN, sa vision et sa philosophie », a-t-il dit.