Blocage des prisons: A quelques heures du procès de Jawad Bendaoud, l'accès à Fresnes a été libéré par les forces de l'ordre

PRISON Alors que le « logeur de Daesh » doit se rendre au palais de justice de Paris ce mercredi, les surveillants pénitentiaires tentaient de bloquer l’accès piétons du centre pénitentiaire du Val-de-Marne…

20 Minutes avec AFP

— 

Devant la prison de Fresnes le 24 janvier 2018.
Devant la prison de Fresnes le 24 janvier 2018. — Thomas SAMSON / AFP

L’accès principal réservé aux piétons du centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne), où les surveillants de prison menaçaient d’empêcher le transfèrement de Jawad Bendaoud pour son procès prévu ce mercredi après-midi à Paris, a été dégagé par les forces de l’ordre.

Les discussions au point mort

Vers 8h30, les forces de l’ordre ont repoussé sur un côté la centaine de surveillants qui barraient l’entrée de la prison depuis 6 heures, à quelques heures du début du médiatique procès du « logeur » de deux djihadistes des attentats du 13-Novembre prévu à 13h30. Cet accès est réservé aux piétons, celui pour les véhicules restait lui toujours bloqué.

>> A lire aussi : Comment 40 secondes d'interview à BFMTV ont ruiné la vie de Jawad Bendaoud?

Les négociations entre le ministère de la Justice et les syndicats (Ufap-Unsa Justice, CGT​-Pénitentiaire et FO-Pénitentitaire), déclenchées par cette mobilisation du monde pénitentiaire inédite depuis 25 ans, sont au point mort : les trois organisations ont quitté mardi la table des négociations, jugeant encore nettement insuffisantes les propositions du gouvernement.