VIDÉO. Le maire de Lunel s'oppose fermement au retour des «djihadistes repentis»

TERRORISME France 2 diffusait dimanche soir un reportage filmant un Lunellois souhaitant rentrer chez lui…

N.B.

— 

Lunel.
Lunel. — N. Bonzom / Maxele Presse

Dimanche, France 2 diffusait un reportage filmant un homme suspecté d’avoir rejoint les rangs de Daesh. Lui, assure être venu en Syrie pour chercher son petit frère. « Je suis venu sans idéal, je ne connaissais aucune sourate », explique-t-il.

>> A lire aussi : « Tu crois qu’on va oublier ? » Passe d'armes à l'écran entre un Français des forces kurdes et un djihadiste présumé

Pourtant, le reportage présente des photographies où l’homme, originaire de Lunel, pose les armes à la main. « Je veux retourner chez moi. Ils m’ont dit que j’allais rentrer chez moi. Je finis les interrogatoires, et je rentre chez moi », indique-t-il. « Tu crois vraiment que les gens vont te laisser partir ?, l’interrompt un geôlier français, engagé dans les forces kurdes. Avoir vu des gens se faire décapiter et ne pas avoir réagi ? »

« Il a voulu partir, qu’il y reste »

Interrogé par France Bleu Hérault, Claude Arnaud (divers droite), le maire de Lunel, une commune pointée du doigt pour avoir été le « berceau » de djihadistes, s’oppose fermement au retour de cet homme. « Ils doivent être jugés sur le terrain, souligne l’élu Ils sont dans un autre monde et une autre lutte. Ce sont des ennemis de la République française. Ce sont les Kurdes qui les détiennent, qu’ils soient jugés par les Kurdes. »

>> A lire aussi : La filière djihadiste a envoyé une vingtaine de Nîmois en Syrie entre 2010 et 2014

Hervé Dieulefes (PS), maire de Saint-Just, une petite commune proche de Lunel, a reconnu le jeune homme. « Un gamin que j’ai connu tout petit, témoigne-t-il à la station. Mais comme d’autres, il a fait un choix de vie. Il a voulu partir, qu’il y reste. »