Des surveillants agressés avec un pied de table à la prison de Longuenesse

DÉTENTION Cet événement intervient alors que les surveillants ont appelé à maintenir le blocus des prisons, déjà en raison de multiples agressions…

20 Minutes avec AFP
— 
Un gardien de prison. (Illustration)
Un gardien de prison. (Illustration) — G . VARELA / 20 MINUTES
  • Deux surveillants pénitentiaires ont été agressés avec un pied de table à Longuenesse.
  • Cet épisode intervient en plein conflit social.
  • Samedi, les surveillants ont rejeté les propositions de la Chancellerie.

Voilà qui ne va pas faciliter les négociations entre les surveillants de prison et le ministère de la Justice. Deux surveillants de la prison de Longuenesse (Pas-de-Calais) ont été agressés, dimanche en fin de journée, par un détenu et conduits à l’hôpital.

>> Prisons : Les syndicats rejettent le projet d'accord

Selon la direction de l’administration pénitentiaire, l’auteur des faits aurait utilisé un pied de table et les aurait touchés au bras. « L’agression a eu lieu vers 18h30 et les deux victimes sont un surveillant et une surveillante, a confirmé Yannick Lefebvre, du syndicat Ufap-Unsa. Il a certainement arraché le pied de table pour agresser le personnel »

Deux détenus auraient prémédité l'agression, un seul est passé à l'acte

Secrétaire interrégional FO Pénitentiaire, Julien Martin assure, lui, que « deux détenus avaient prémédité leur action et qu'un seul est passé à l'acte » dans cet établissement où les cellules sont ouvertes jusqu'à 18h30.

L'agresseur présumé « les a frappés avec un pied de table, une barre de fer de 80 cm de long, de 5 cm sur 5 cm. Les deux surveillants ont été blessés gravement car ils ont été conduits à l'hôpital, l'un des deux a peut-être un bras cassé », a précisé Julien Martin. L'agresseur, un détenu de droit commun, a été placé en garde à vue.

Près de 4.000 agressions en 2017

Les 188 établissements pénitentiaires français font l’objet d’un mouvement social depuis le 11 janvier et l’agression, à l’arme blanche par un détenu radicalisé de trois surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil, déjà dans le département du Pas-de-Calais.

Les syndicats de surveillants ont appelé, depuis, au blocage des prisons. Les négociations menées par le ministère de la Justice ont échoué ce week-end après que la Chancellerie a notamment proposé l’embauche de 1.100 surveillants supplémentaires sur quatre ans, dont 100 dès 2018. En 2017, 3.923 agressions physiques ont eu lieu dans les établissements pénitentiaires.